Révolution à Hongkong

Decod'actu
Publié le 17/10/19Modifié le 13/11/19

Sur le même sujet

Hongkong est dans la rue. Depuis le mois de juin, pas une semaine ne se passe sans que policiers et manifestants pro-démocratie ne s’affrontent dans les rues du territoire chinois. À l’origine de ces heurts, un amendent de la loi d’extradition qui va mettre le feu aux poudres. On fait le point sur ce mouvement historique.

Pourquoi les hongkongais sont dans la rue ? 

Le 9 juin 2019, 1 million de hongkongais descendent dans la rue. Ils n’ont qu’un seul nom à la bouche : Carrie Lam. La cheffe du gouvernement hongkongais est coupable de vouloir mettre en place une loi qui faciliterait l’extradition de personnes vivant sur le territoire hongkongais, plus particulièrement vers Pékin. Pour les hongkongais, c’est la marque d’une ingérence croissante de la Chine dans les affaires intérieures de Hongkong.

Pour comprendre les enjeux de ce mouvement, il faut remonter un peu dans le temps. Le 1er juillet 1997, la colonie britannique de Hongkong est rétrocédée à la Chine. À une condition : que le système mis en place par le Royaume-Uni soit maintenu durant 50 ans.  C’est le principe « un pays, deux systèmes » qui permet à Hongkong de jouir d’un système capitaliste mais aussi de la liberté de la presse, d’expression, d’association et de culte. Problème :  le gouvernement chinois semble de moins en moins enclin à respecter ce pacte. Et les hongkongais ont pris l’habitude de faire savoir qu’ils ne se laisseraient pas faire. En 2003, 2012 et 2014, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue. Pour les manifestants, le projet de loi de Carrie Lam est une nouvelle menace sur le statut à part de Hongkong. Et cela entraîne une mobilisation sans commune mesure ! Près de 2 millions de personnes descendent dans la rue le 16 juin 2019, la plus grande manifestation de l’histoire de Hongkong !

Quelles sont les méthodes utilisées par les manifestants et les policiers? 

Des manifestants souvent jeunes, étudiants et étudiantes, qui font preuve d’ingéniosité pour déjouer l’arsenal policier. Masques à gaz, lunettes de protection, gants, casques mais aussi des valises comme boucliers, des cônes orange pour arrêter les gaz lacrymogènes, des pointeurs lasers pour rendre inefficace la vidéosurveillance. Des barricades sont érigées dans les rues et des cocktails Molotov sont jetés sur la police. Les forces de l’ordre répondent en tirant de plus en plus de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc, voire des balles réelles ! Le 1er octobre, lors du 70e anniversaire de la République populaire de Chine, un policier a tiré à bout portant avec son revolver sur un manifestant de 18 ans. Ce dernier a depuis été poursuivi pour participation à une émeute.

Leurs revendications ont-elles été entendues ? 

Si le projet de loi a été retiré le 5 septembre, les hongkongais continuent de manifester. Ils demandent la démission de Carrie Lam et l’élection de son successeur au suffrage universel, au lieu de sa désignation par Pékin. Ils dénoncent aussi le recul des libertés et exigent que les forces de l’ordre rendent des comptes. Face à la dégradation de la situation, le gouvernement local a invoqué une loi d’urgence interdisant le port du masque lors des manifestations. Ce qui risque de radicaliser encore davantage les manifestants prêts à tout pour conserver l’autonomie de Hongkong vis-à-vis de Pékin.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Arnaud Aubry

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Année de diffusion : 2019

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :