vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Spécialités29:20

Présentation de la spécialité autour de Rome et la Méditerranée (4 mai)

La Maison Lumni, les cours - Lycée

Anne-Lise, prof de lettres classiques, présente la spécialité Littérature, langues et cultures de l'Antiquité, en latin, autour de Rome et la Méditerranée.

La spécialité LLCA - latin

Le programme de la spécialité LLCA invite les élèves à approfondir la découverte de thèmes et de compétences déjà abordées dans leur parcours de latinistes.

Il s'agit de se situer dans l'étude d'une langue, le latin, sans laquelle nous n'aurions pas accès à la culture latine. Les élèves sont invités à lire les textes, à les interroger, à leur donner du sens.

Grâce, entre autres aux apports de l'anthropologie, l'étude de l'Antiquité doit vous permettre de mieux penser notre présent en réfléchissant aux différences et aux écarts qui nous séparent du passé. Dans cette spécialité, les élèves vont lire de grands textes et se forger une culture littéraire. Un axe d'étude important porte sur la Méditerranée, sorte de fil rouge des 3 années de latin au lycée. Car la Méditerranée est une composante centrale du monde des Anciens.

Rome et la Méditerranée

Rome, bien que n'étant pas une ville littorale, a néanmoins étendu sa puissance sur l'ensemble du bassin méditerranéen au fil de son histoire. Comment comprendre cet apparent paradoxe ? Le texte de Cicéron nous apporte un élément de réflexion. Le site de Rome, qui aurait été choisi par son fondateur légendaire, Romulus, relève d'un choix stratégique : les villes maritimes sont plus exposées aux attaques que les villes dans les terres. Cicéron approuve aussi ce choix pour des raisons politiques et
idéologiques : les villes maritimes ne sont pas assez stables pour avoir un Etat puissant, et elles sont trop corrompues. Mais, selon Cicéron, un accès à la mer (ce que possède Rome, grâce à son port, Ostie, à l'embouchure du Tibre) permet à une cité de recevoir et de diffuser ses productions de toutes sortes : c'est un indéniable avantage économique.
Dans cet ouvrage de philosophie politique, Cicéron participe ainsi à une réflexion sur la grandeur et l'hégémonie de Rome.

Retrouvez en PDF, le texte étudié et sa traduction.

Extrait de De re publica de Cicéron

(5) Qua gloria parta urbem auspicato condere et firmare dicitur primum cogitauisse rem publicam. Vrbi autem locum, quod est ei qui diuturnam rem publicam serere conatur diligentissime prouidendum, incredibili opportunitate delegit. Neque enim ad mare admouit, quod ei fuit illa manu copiisque facillimum, ut in agrum
Rutulorum Aboriginumue procederet, aut in ostio Tiberino, quem in locum multis post annis rex Ancus coloniam deduxit, urbem ipse conderet, sed hoc uir excellenti prouidentia sensit ac uidit, non esse opportunissimos situs maritimos urbibus eis quae ad spem diuturnitatis conderentur atque imperii, primum quod essent urbes
maritimae non solum multis periculis oppositae sed etiam caecis.
(6) Nam terra continens aduentus hostium non modo expectatos sed etiam repentinos multis indiciis et quasi fragore quodam et sonitu ipso ante denuntiat, neque uero quisquam potest hostis aduolare terra, quin eum non modo adesse sed etiam quis et unde sit scire possimus. Maritimus uero ille et naualis hostis ante adesse potest
quam quisquam uenturum esse suspicari queat, nec uero cum uenit prae se fert aut qui sit aut unde ueniat aut etiam quid uelit, denique ne nota quidem ulla, pacatus an hostis sit, discerni ac iudicari potest.
(7) Est autem maritimis urbibus etiam quaedam corruptela ac mutatio morum ; admiscentur enim nouis sermonibus ac disciplinis, et inportantur non merces solum aduenticiae sed etiam mores, ut nihil possit in patriis institutis manere integrum. Iam qui incolunt eas urbes, non haerent in suis sedibus, sed uolucri semper spe et
cogitatione rapiuntur a domo longius, atque etiam cum manent corpore, animo tamen exulant et uagantur. Nec uero ulla res magis labefactatam diu et Carthaginem et Corinthum peruertit aliquando, quam hic error ac dissipatio ciuium, quod mercandi cupiditate et nauigandi et agrorum et armorum cultum reliquerant.
(8) Multa etiam ad luxuriam inuitamenta perniciosa ciuitatibus subpeditantur mari, quae uel capiuntur uel inportantur ; atque habet etiam amoenitas ipsa uel sumptuosas uel desidiosas inlecebras multas cupiditatum. Et quod de Corintho dixi, id haut scio an liceat de cuncta Graecia uerissime dicere ; nam et ipsa Peloponnesus fere tota in mari est, nec praeter Phliasios ulli sunt quorum agri non contingant mare, et extra Peloponnesum Aenianes et Doris et Dolopes soli absunt a mari. Quid dicam insulas Graeciae ? quae fluctibus cinctae natant paene ipsae simul cum ciuitatum institutis et moribus.
(9) Atque haec quidem ut supra dixi ueteris sunt Graeciae. Coloniarum uero quae est deducta a Graiis in Asiam Thracam Italiam Siciliam Africam praeter unam Magnesiam, quam unda non adluat ? Ita barbarorum agris quasi adtexta quaedam uidetur ora esse Graeciae ; nam e barbaris quidem ipsis nulli erant antea maritumi praeter Etruscos et Poenos. Alteri mercandi causa, latrocinandi alteri. Quae causa perspicua est malorum commutationumque Graeciae propter ea uitia maritimarum urbium quae ante paulo perbreuiter adtigi. Sed tamen in his uitiis inest illa magna commoditas, et quod ubique genitum est ut ad eam urbem quam incolas possit adnare, et rursus ut id quod agri efferant sui, quascumque uelint in terras portare possint ac mittere.

Réalisateur : Didier Fraisse

Producteur : france tv studio

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 04/05/20

Modifié le 02/06/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par