Vidéo : Vers une invasion africaine ?

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Géographie04:27

Vers une invasion africaine ?

Migrations en questions

Hervé Le Bras, démographe, historien et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales apporte une réponse à cette question : le continent africain va voir doubler sa population d’ici 2050, et cela engendre la peur d’une invasion africaine.

Un journaliste, Stephen Smith a ajouté de l’huile sur le feu en publiant un livre La ruée vers l’Europe  dans lequel il cite :

« La jeune Afrique va se ruer sur la vieille Europe, c’est dans l’ordre des choses ».

Hervé Le Bras répond que ce n’est pas dans l’ordre des nombres.

La migration africaine a-t-elle augmenté ?

En effet, la migration africaine n’a pratiquement pas augmenté depuis une quinzaine d’années vers l’Europe, et particulièrement vers la France. Le chiffre exact en France des arrivées d’Africains en 2003, aussi Afrique du Nord et pas simplement Afrique Subsaharienne, est de 91 000 en 2003 et de 95 000 entrées nouvelles en 2017, 4 000 de plus.

Ce n’est pas beaucoup pour une population française de plus de 65 millions d’habitants.

Prenons en exemple un des pays africains, en l’occurrence le Niger. C’est un des pays les plus pauvres qui a une des croissances les plus fortes. L’année dernière, 106 Nigériens sont arrivés en France sur une population de 22 millions d’habitants. Entre 2003 et 2017, le Niger s’est accru de 9 millions d’habitants. Au total, 1 800 Nigériens sont arrivés en France (2 pour 10 000). Sur ces chiffres, on ne peut pas dire qu’il y a un quelconque risque d’invasion.

Il existe une très grosse diversité en Afrique des directions des migrants, qui sont d’ailleurs presque tous vers des pays africains, et aussi, vers des pays comme le Canada, ou bien comme l’Australie.

S l’on passe de la France à l’ensemble de l’Europe, l’arrivée d’Africains est faible, de l’ordre d’une croissance de 1,5 % par an alors que le continent africain s’accroît à 2,5 % par an. Donc, on a une vitesse beaucoup plus faible de l’arrivée des Africains, que de leur propre croissance.

Quel est le pays qui a la plus forte proportion de migrants par rapport à sa population ?

Si l’on regarde dans le détail, c’est la Tunisie qui a la proportion de migrants la plus importante par rapport à la population, or, la Tunisie est le pays d’Afrique qui a la plus faible fécondité, la plus faible croissance démographique.

La Tunisie est tournée vers l’Europe parce que les tunisiens ont un grand système d’éducation. Il y a pratiquement la même proportion de Tunisiens à l’Université que de Français à l’Université.

C’est beaucoup plus facile de migrer avec un diplôme en poche, raison pour laquelle la migration, c’est essentiellement le fait de personnes diplômées. Si l’on regarde les chiffres de 2018 relatifs aux arrivées en France, dans l’ensemble des cartes de séjour qui ont été distribuées (260 000), si on regarde les Africains, à peu près 90 000, 65 % d’entre eux ont le bac et 50 % d’entre eux ont au moins un diplôme universitaire. C’est plus que les Français du même âge.

Il faut également savoir que les Africains migrent surtout en… Afrique. Plus de 80 % des migrations africaines entre Etats sont à l’intérieur de l’Afrique. Il y a des migrations de personnes éduquées, par exemple, des personnes d’Afrique de l’Ouest qui vont vers l’Afrique du Sud ou vers le Congo. Mais, c’est aussi, hélas, des migrations de réfugiés pauvres qui, eux, ne font que passer la frontière avec l’Etat voisin. Par exemple, des Somaliens qui se réfugient au Kenya ou des habitants du Darfour au Tchad.

L’essentiel de ces migrations, ce sont des migrations de proximité. Cette prétendue peur de l’invasion s’explique par une méconnaissance profonde des phénomènes migratoires.

Réalisateur : mStream

Producteur : Res Publica; European Migration Law

Année de production : 2019

Publié le 12/10/20

Modifié le 19/10/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par