Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

Au début du XXe siècle, l’Allemagne est en proie à une crise profonde dans un climat social tendu. Certains peintres allemands commencent à exprimer leur angoisse et leur peur de l’avenir dans des œuvres reprenant le style abrupt et nerveux des premiers expressionnistes. A leur tour, ils déforment la réalité et utilisent la couleur en aplats, pour exprimer leur état d’âme et leur désespoir.

kirchner

Page de couverture de la 4e édition du Yearbook de Die Brücke, illustration d’Ernst Ludwig Kirchner, 1909. Credit : Rosenwald collection, National Dallery of Art, Washington D.C.
cliquer pour agrandir l'image.

Die Brücke

Fritz Bleyl, Karl Schmidt-Rottluf, Erich Heckel et Ernst Ludwig Kirchner forment, en 1905 à Dresde, le groupe Die Brücke (Le Pont). Les formes décharnées et pointues, aux couleurs acides, de Kirchner sont caractéristiques de ce mouvement. Par la suite, d’autres artistes les rejoindront, comme Emil Nolde, George Grosz, Otto Mueller, Max Pechstein et Otto Dix.

Les œuvres des artistes de Die Brücke, plus graphiques que picturales, illustrent « le pont » que ceux-ci veulent créer entre le romantisme et le modernisme abstrait. On y retrouve l’influence des arts africains et océaniens, étudiés au musée ethnographique de Dresde, notamment la gravure sur bois. Les couleurs s’apparentent à celles des « fauves », tels que Van Dongen et Vlaminck dont certaines œuvres d’ailleurs s’allient à l’Expressionnisme : Danseuse borgne (1905) pour Van Dongen, Sur le zinc (1900) pour Vlaminck.

A partir de 1909, Emil Nolde, ancien adhérent à Die Brücke, apporte à l'Expressionnisme une dimension métaphysique qui se traduit par une exécution tumultueuse : formes déchiquetées et taillées à la serpe, noirceurs et clartés théâtrales. Vers 1909, après une grave maladie, il commence à peindre des tableaux à thème religieux, dans lesquels il exprime son inspiration mystique (Le Christ et les Enfants, 1910, Légende de Marie l'Égyptienne, 1912).

Transférée à Berlin en 1911, Die Brücke se fait connaître et a l’opportunité d’exposer ses œuvres. Cette même année, le terme « expressionnisme » est institué et recouvre les tendances artistiques novatrices et modernes. Plusieurs peintres et sculpteurs allemands se déclarent alors expressionnistes, dont des anciens du groupe Die Brücke (Heckel, Kirchner, Pechstein, Schmidt-Rottluff), Vassili Kandinsky et Franz Marc, l'Autrichien Oskar Kokoschka.

Publié le 11/07/13

Modifié le 12/11/19

Retrouve ce contenu dans :