La montée de l'individualisme dans les sociétés modernes...

Les premiers sociologues (Durkheim, Weber, Tönnies, Simmel) soulignent les bouleversements sociaux que connaissent les sociétés à la fin du XIXe siècle. Ils craignent que la destruction des structures sociales traditionnelles conduise à la désintégration du corps social et au triomphe de l’individualisme. L’individualisme constitue pour Durkheim la maladie du monde occidental et son spectre hante toute son œuvre.

individualisme (bis)

...contrebalancée par le développement d'une nouvelle « conscience collective »

Durkheim réfléchit aux moyens de freiner la « destruction morale » de la société. Pour lui, l’intégration de la société repose la conscience collective définie comme l’« ensemble des croyances et des sentiments communs à une société qui a sa vie propre indépendamment des individus qui la porte ». Dans les sociétés traditionnelles, elle est portée par la religion, tandis que dans les sociétés modernes elle repose sur l’école contrôlée par l’Etat, chargée de diffuser une morale laïque.

  • Pour pallier au déclin des anciennes formes du lien social (l’Eglise et la famille) et tenir compte du rôle fondamental du travail dans la vie des individus des sociétés modernes, Durkheim préconise également la mise en place de groupements professionnels (corporations de métiers) pour garantir la cohésion sociale.
  • Ces corps intermédiaires, en raison de la proximité qu’ils instaurent entre leurs membres unis par le même métier et des intérêts communs, sont susceptibles de renforcer les liens sociaux.

La sociologie, une science appliquée

Pour Durkheim, la sociologie doit éclairer la société sur ses maux et indiquer des lignes d’action pour la réformer.

« Nous estimerions que nos recherches ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif. Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers : c’est, au contraire, pour mieux les résoudre » Préface de De la division du travail social, 1893

Publié le 30/08/13

Modifié le 12/11/19

Retrouve ce contenu dans :