Postérité grâce aux succès cinématographiques

Toute sa vie, Jean Cocteau a connu beaucoup de succès mais aussi des déconvenues à la parution de ses œuvres. Ses romans, pièces de théâtre, œuvres poétiques, illustrations sont connus et reconnus mais il devient célèbre grâce à ses films.

Son premier film Le Sang d’un poèteest financé par Charles et Marie-Laure de Noailles. Puis, porté par Jean Marais qui devient une star, Jean Cocteau triomphe avec La Belle et la Bête, suivi de L’Aigle à deux têtes, des Parents terribles, desEnfants Terribles. Le film Orphée en 1950 est moins populaire mais applaudi par Les Cahiers du cinéma. Devenu une référence cinématographique, il préside le Festival de Cannes de 1953 puis celui de 1954. Trois ans avant sa mort, Cocteau tourneLe Testament d'Orphéegrâce au soutien financier de François Truffaut.

cocteau la belle

Affiche de La Belle et la Bête de Cocteau avec Jean Marais et Josette Day, 1946. Illustration de Jean Jacquelin. photo © Selva/Leemage. Jean Jacquelin © Adagp, Paris 2013 cliquer pour agrandir l'image.

Des amitiés plus « bourgeoises »

En 1925 à Villefranche-sur-Mer, Jean Cocteau lie connaissance avec la famille Bourgoint, qui va lui inspirer Les Enfants terribles. Il rencontre, chez le philosophe Jacques Maritain, Charles Henrion, disciple de Charles de Foucauld, qui le convertit au catholicisme.

En 1950, Jean Cocteau est invité par les Weisweiller, héritiers de la compagnie pétrolière Shell, dans leur villa Santo Sospir de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Autorisé par Francine Weisweiller et encouragé par Matisse, il dessine sur les murs blancs puis, au fil de ses visites, il finit par décorer entièrement la villa de fresques et de mosaïques sur des thèmes de la mythologie grecque ou de la Bible.

Le talent et la personnalité de Jean Cocteau sont enfin reconnus officiellement : il est élu à l’Académie Française en 1955 et ordonné Commandeur de la Légion d’Honneur en 1961. Juste après avoir appris la mort de son amie Edith Piaf, Jean Cocteau décède  le 11 octobre 1963 à 74 ans dans sa maison de Milly-la-Forêt, où il est enterré dans la chapelle Saint-Blaise-des-Simples avec pour épitaphe « Je reste avec vous ».

Publié le 10/09/13

Modifié le 13/11/19

Retrouve ce contenu dans :