Aimé Césaire : La dénonciation du colonialisme et l’engagement dans la cause noire

La dénonciation du colonialisme et l’engagement dans la cause noire sont deux combats intimement liés chez Aimé Césaire. Ils traversent son œuvre poétique et sont le moteur de sa carrière politique malgré les nécessaires compromis de l’exercice du pouvoir. Ses essais, articles et discours forment la passerelle entre les deux vocations d’Aimé Césaire, poète et homme politique. La dénonciation du colonialisme La dénonciation du colonialisme est présente dès son premier article dans L’Etudiant noir en 1935 et se poursuit dans les revues Tropiques et puis Présence africaine. Ses interventions aux deux Congrès des Écrivains et Artistes Noirs, à Paris en 1956 (Culture et colonisation), puis à Rome en 1959 (L’Homme de culture et ses responsabilités) placent la culture au cœur du combat dans un XXème siècle traversé par les mouvements de décolonisation. Son Discours sur le colonialisme, publié en 1951, est un pamphlet et reste une référence dans l’histoire des idées du XXe siècle. Césaire y place en exergue : « le colonialisme, cette honte du xxe siècle », la phrase de jacques duclos, l’un des dirigeants du parti communiste français. extraits : « je parle de millions d’hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement, l’agenouillement, le désespoir, le larbinisme » « je dis que de la colonisation à la civilisation, la distance est infinie ; que, de toutes les expéditions coloniales accumulées, de tous les statuts coloniaux élaborés, de toutes les circulaires ministérielles expédiées, on ne saurait réussir une seule valeur humaine. »     publié en 1961, l’essai sur toussaint louverture, héros de l’indépendance haïtienne, étudie les rapports entre la révolution française et l'aspiration à la liberté dans les colonies antillaises, renouvelant l’analyse historique des sociétés coloniales. toussaint louverture, ancien esclave noir affranchi, devenu général porté par la révolution française de 1789, proclame son intention de fonder la première république noire et meurt interné en france en 1803. l’engagement dans la cause noire la seconde moitié du xxe siècle est traversée par les mouvements d’émancipation des peuples noirs de la tutelle blanche : la fin de la ségrégation aux etats-unis avec la figure de martin luther king dans les années 60, la fin de l’apartheid en afrique du sud avec le héros national, nelson mandela, dans les années 90. dans cette perspective historique, aimé césaire, père fondateur de la négritude et pourfendeur du colonialisme, peut apparaître comme un frère d’armes. en 1947, il participe à la création de la revue présence africaine, dont le premier numéro paraît en 1947 et qui existe toujours comme « revue culturelle du monde noire ». son fondateur, l’intellectuel sénégalais alioune diop, déclare la revue ouverte « à la collaboration de tous les hommes de bonne volonté (blancs, jaunes ou noirs), susceptibles de nous aider à définir l'originalité africaine et de hâter son insertion dans le monde moderne ». les soutiens sont nombreux, provenant d’intellectuels, écrivains et hommes engagés, parmi lesquels albert camus, andré gide, jean-paul sartre, Théodore Monod.

Publié le 02/04/2013 • Modifié le 12/11/2019

Temps de lecture : 1 min.

Aimé Césaire : La dénonciation du colonialisme et l’engagement dans la cause noire

La dénonciation du colonialisme et l’engagement dans la cause noire sont deux combats intimement liés chez Aimé Césaire. Ils traversent son œuvre poétique et sont le moteur de sa carrière politique malgré les nécessaires compromis de l’exercice du pouvoir. Ses essais, articles et discours forment la passerelle entre les deux vocations d’Aimé Césaire, poète et homme politique.

La dénonciation du colonialisme

La dénonciation du colonialisme est présente dès son premier article dans L’Etudiant noir en 1935 et se poursuit dans les revues Tropiques et puis Présence africaine. Ses interventions aux deux Congrès des Écrivains et Artistes Noirs, à Paris en 1956 (Culture et colonisation), puis à Rome en 1959 (L’Homme de cultureet ses responsabilités) placent la culture au cœur du combat dans un XXème siècle traversé par les mouvements de décolonisation.

Son Discours sur le colonialisme, publié en 1951, est un pamphlet et reste une référence dans l’histoire des idées du XXe siècle. Césaire y place en exergue :

« Le colonialisme, cette honte du XXe siècle », la phrase de Jacques Duclos, l’un des dirigeants du Parti communiste français.

Extraits :

« je parle de millions d’hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement, l’agenouillement, le désespoir, le larbinisme » « je dis que de la colonisation à la civilisation, la distance est infinie ; que, de toutes les expéditions coloniales accumulées, de tous les statuts coloniaux élaborés, de toutes les circulaires ministérielles expédiées, on ne saurait réussir une seule valeur humaine. »

 

 
 

Aimé Césaire : Discours sur le colonialisme

Aimé Césaire évoque dans cet extrait son célèbre ouvrage, Discours sur le colonialisme, rédigé au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Pour lui, l'oppression du colonisé n'est que l'autre face d'un monde occidental devenu barbare. Aimé Césaire, poète et homme politique, est l'un des fondateurs du mouvement littéraire de la négritude.


Ce contenu est proposé par

Tu aimeras aussi...

dossierDossier : Aime Cesaire pour la matiere Francais - Premiere

Aimé Césaire

sérieSerie : En sortant de l ecole collection Andree Chedid pour la matiere Francais - Troisieme

En sortant de l'école - collection Andrée Chedid

sérieSerie : En sortant de l ecole collection Guillaume Apollinaire pour la matiere Francais - Troisieme

En sortant de l'école - collection Guillaume Apollinaire

dossierDossier : Les Fleurs du mal de Charles Baudelaire pour la matiere Francais - Premiere

« Les Fleurs du mal » de Charles Baudelaire

dossierDossier : Les Contemplations de Victor Hugo pour la matiere Francais - Premiere

« Les Contemplations » de Victor Hugo

dossierDossier : Charles Baudelaire pour la matiere Francais - Troisieme

Charles Baudelaire