Gérer son stress

Le stress est une réponse d’adaptation de l’organisme face aux évènements auxquels il se trouve confronté. C’est une fonction utile et indispensable à notre fonctionnement qui est propre à la personnalité de chacun.

Il produit des effets positifs sur le dynamisme et l’efficacité. Toutefois, il représente une menace car, à une certaine dose, il devient nuisible.

S’engager dans un projet de reprise d’études introduit une situation qui peut provoquer un stress permanent ou ponctuel (peur de l’échec, perte de confiance en soi, période d'examens…)

Lorsque le stress atteint un niveau trop élevé et qu’il s’inscrit dans la durée, il se traduit par des manifestations psychologiques, physiques ou sociales ayant des conséquences parfois lourdes pour les individus.

Image contenu

Afin de prévenir, de limiter ou de combattre le stress, voici quelques conseils.

 

Apprendre à identifier le stress

Rester à l'écoute de son corps pour être capable de détecter les premiers signaux

Les effets du stress

Un certain niveau de stress contribue à améliorer notre rendement. Au delà de ce niveau, la qualité de notre performance commence à baisser.

Attention, pour réussir à contrôler son stress, il faut admettre votre responsabilité dans votre capacité à entreprendre des changements. Ne confondez pas les comportements liés au stress et les comportements qui vous sont propres ou qui dépendent de votre quotidien.

 

La présence de stress se traduit par des symptômes très variables d’une personne à l’autre.

On distingue 4 types de symptômes liés au stress :

  • Cognitifs : difficultés de mémorisation et de concentration, anxiété, difficulté à prendre des décisions,…
  • Comportementaux : consommation compulsive, agressivité, isolement, suractivité, difficultés dans les relations sociales, …
  • Physiques : fatigue, maux de tête ou de dos, troubles digestifs ou de l’appétit, insomnie,…
  • Emotionnels : agitation, irritabilité, inquiétude, saute d’humeur, tristesse, dépression, …

Prévenir, limiter et combattre le stress

Mettre en place des stratégies d'apaisement.

Gérer son temps

La gestion du stress et la gestion du temps sont intimement liées. Gérer son temps, c’est connaître son rythme, prioriser ses objectifs, consacrer du temps à ses loisirs et à ses proches et adopter un programme réalisable. Il s’agit d’être organisé et efficace, éléments indispensables à la prévention ou à la lutte contre le stress.

Changer d'attitude, modifier ses perceptions

Il est possible de changer votre regard : votre manière d’appréhender la situation sera déterminante sur votre niveau de stress. Soyez positif !

Vous vous rendez à votre examen et vous doutez : pensez à la réussite et non pas aux failles que vous croyez avoir, vous éviterez ainsi de vous laisser envahir par le stress. Vous ne devez pas vous inquiéter excessivement, pensez à dédramatiser et à relativiser les problèmes. Il est nécessaire de se poser la bonne question face à une situation qui vous pose problème :

  • Ai-je la bonne approche ?
  • Est-ce vraiment grave ?

Cela vous permettra de relativiser vos problèmes, de les repositionner et de les surmonter plus sereinement.

Demandez-vous ce que ferait une autre personne dans cette situation précise. N’hésitez pas à demander un avis ; une suggestion peut être salutaire. Parlez de votre problème à quelqu’un que vous savez bienveillant et qui vous aidera à dédramatiser.

 

Si c’est possible, retirez-vous des situations stressantes : il est parfois possible, même quelques instants, d’échapper à une situation de stress.

Mettez-vous en retrait d’une discussion, abandonnez une activité, évitez certaines relations conflictuelles, changez vos horaires pour éviter de vous retrouver dans des situations qui vous rendent nerveux (embouteillages, attente aux caisses de supermarché…).

 

Que faire de l'inchangeable ?

Il est des situations contre lesquelles vous ne pouvez rien (décisions qui ne dépendent pas de vous, lois…). Vous insurger et lutter contre elles en permanence est épuisant (même si vous avez raison !).

 

Il faut être vigilant, et établir des objectifs réalistes.

Ne pas atteindre l’objectif que l’on s’est fixé est une source d’insatisfaction, de mésestime et de stress. Etablissez des objectifs réalisables. Découpez votre objectif en objectifs intermédiaires. Vous serez satisfait à l’issue de chaque sous-objectif atteint et il vous semblera plus facile d’atteindre votre objectif final. Si cela peut vous aider, faites-vous un cadeau à chaque objectif intermédiaire atteint.

Exemple :

  • Objectif : apprendre à lire.
  • Objectifs intermédiaires : reconnaitre les lettres, les syllabes, les mots faciles.

Vous avez tout intérêt à vous mobiliser et à vous concentrer sur les solutions et non sur les problèmes.

Le fait de se concentrer sur le problème ne fait qu’augmenter l’anxiété. Orientez-vous vers le futur. Vous trouverez ainsi des alternatives.

Pensez au coureur automobile qui fait une sortie de route ; s’il souhaite reprendre sa trajectoire et poursuivre la course, il se concentre sur son objectif et non pas sur la problématique de sa sortie de route.

Adopter une bonne hygiène de vie

L’alimentation

N’oubliez pas que tous les malaises psychosomatiques ont une composante organique. Il est sage de modifier son comportement alimentaire s’il y a lieu. En soignant son alimentation on augmente sa résistance au stress et à la fatigue. Mangez équilibré, ne cédez pas au grignotage, ne sautez pas un repas

La pause repas

Le repas doit faire l’objet d’une pause. Il convient de le prendre au calme et sans précipitation. Il ne faut pas essayer de rattraper du temps pendant le repas.

Partagez si possible votre repas avec des gens que vous aimez. Ne mangez pas en travaillant, en consultant votre messagerie,… essayez de ne pas manger dans votre bureau.

L’activité physique

La pratique d’un sport vous apaisera naturellement, vous augmenterez votre résistance et vous oxygénerez votre esprit. Choisissez un sport qui vous convienne, faites vous plaisir. N’oubliez pas que la marche est un des meilleurs anti-stress.

Les pauses

Dans votre journée, faites des pauses. Même de courte durée une pause permet de se ressourcer. Lorsque l’on reprend des études, il peut être difficile de travailler longuement sur un cours, entrecoupez votre travail de petites pauses même nombreuses sans vous culpabiliser.

Les moments de détente

Pratiquez la méditation, la relaxation, le yoga, la gymnastique douce. Vous trouverez en librairie de nombreux ouvrages consacrés à ces méthodes.

Le sommeil

Préservez votre sommeil, le manque de repos active le stress, un sommeil réparateur dénoue les tensions accumulées. Attention aux échappatoires : médicaments, alcool, drogue et excès de café... sont à proscrire.

Favoriser les émotions positives

Les activités émotionnellement favorables

La recherche du plaisir participe au bien-être et à l’apaisement. Que ce soit dans les loisirs, dans la vie sociale ou intime ou même dans le travail, choisissez une activité plaisante qui procure un sentiment positif et favorise l’estime de soi, le sentiment de réalisation et de réussite.

Allez au cinéma, au théâtre, à une exposition ; pratiquez une activité manuelle ; réapprenez à vous amuser comme un enfant.

Les comportements optimistes

Être optimiste est un facteur de protection puissant contre le stress. Ne ressassez pas les idées négatives. Vous êtes capable de réussir.

Lorsque l’on reprend des études, il peut être difficile de travailler longuement sur un cours, entrecoupez votre travail de petites pauses même nombreuses sans vous culpabiliser.

Préserver le lien social

Alors que notre société tend à favoriser l’isolement, l’homme, animal social, a besoin de se nourrir des échanges de ses pairs.

Veillez à préserver votre environnement social qui joue un rôle protecteur face aux évènements stressants. Que ce soit par un soutien émotionnel, d’estime, matériel ou informatif (conseil, suggestion), votre environnement social est primordial à votre équilibre. Attention la qualité l’emporte sur la quantité.

Même si vous êtes débordé, essayez de rencontrer vos amis, famille,… Obligez-vous à recevoir chez vous une fois par mois par exemple.

A retenir

  • Une bonne gestion du stress relève d’un apprentissage, il est nécessaire de rester à l’écoute de soi, de prendre du recul, de cultiver l’anticipation et de savoir partager.
  • Pour arriver à gérer son stress, il faut, s’estimer, décider, agir, bouger, évaluer, recommencer, persévérer.
  • Toutes ces pratiques permettent d’anticiper ou de canaliser le stress.
  • Anticiper c’est prévenir, l’anticipation diminue l’impact et favorise la résistance.

Publié le 18/10/2021

Modifié le 06/10/2021