Près de 100 000 articles ont été publiés dans la presse française sur l’affaire Dreyfus entre l’arrestation du capitaine Alfred Dreyfus en 1894 et sa réhabilitation en 1906. La presse de la Belle Epoque est alors en pleine expansion. La demande sociale liée à l’alphabétisation généralisée des Français, la demande politique issue du suffrage universel, l’offre culturelle de la presse avec les feuilletons, les faits divers, les illustrations sans cesse plus nombreuses, enfin les capacités économiques et techniques, avec les rotatives et le transport par chemin de fer, tout se conjugue pour que la presse connaisse unvif essor à la fin du XIXe siècle.

L'essor de la presse

Cet essor se confirme après le vote de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse : 250 à 300 quotidiens tirent ensemble à 5 millions d’exemplaires à la fin des années 1890 et à 9 millions d’exemplaires dans les années 1910. Quatre grands quotidiens parisiens à diffusion nationale, Le Petit Journal, Le Petit Parisien, Le Journal et Le Matin, forment la presse populaire à gros tirages (4 millions d’exemplaires) et faible prix de vente (5 centimes). La presse destinée aux élites (Le Figaro, Le Temps, Le Gaulois) a un tirage plus confidentiel mais une grande influence. Une cinquantaine de quotidiens d’opinion sont diffusés à Paris. En province, la presse d’opinion compte près de 200 titres, tandis que des quotidiens d’information (La Petite Gironde, Le Grand Echo du Nord, La Dépêche, Le Petit Marseillais, Le Progrès, etc.) commencent à devenir des régionaux.

dreyfus-petit journal

Deux affaires Dreyfus

Il existe deux affaires Dreyfus, celle purement judiciaire qui, ouverte en 1894 par l’arrestation du capitaine, ne s’achève qu’en 1906 avec sa réhabilitation, et le drame politique, beaucoup plus bref, de la dénonciation d’Esterhazy par Mathieu Dreyfus jusqu’à la grâce présidentielle, soit d’octobre 1897 à septembre 1899. Durant deux ans, les passions se déchaînent et la presse les amplifie. Si quelques journaux tentent de rester neutres et d’informer leurs lecteurs, la plupart se positionnent pour ou contre Dreyfus, mais des évolutions d’un camp vers l’autre se produisent également.

La presse s’était engagée dans les premières grandes batailles d’opinion autour du général Boulanger (1887-1889) et du scandale de Panama (1892-1893). C’est alors que cristallise un national populisme mettant en cause la démocratie et ses liens supposés avec la finance et les juifs. Edouard Drumont fonde en 1892 La Libre Parole, qui a comme sous-titre : « La France aux Français », pour en faire l’expression de ce courant.

dreyfus-la libre parole

Publié le 15/11/13

Modifié le 12/11/19

Retrouve ce contenu dans :