Un métissage

Dans les colonies françaises, il était « bien vu » pour un colon d'avoir une maîtresse de couleur. Cependant, il n'était pas question de l'épouser, c'était socialement impensable sans compter qu'ils avaient la plupart du temps déjà une femme résidant en Europe. Le métissage est donc la conséquence d'une population africaine qui s'est trouvée en contact avec une population européenne, une population dominée avec une population dominante.

Une répartition inégale de la propriété dans les sociétés coloniales elles-mêmes ? Certains territoires anciennement colonisés n'ont jamais connu de peuplement permanent, ainsi les habitants actuels sont des descendants des sociétés esclavagistes. Et plus d'un siècle et demi après l'abolition de l'esclavage, on retrouve encore des traces importantes de ces structures de l'époque coloniale, se traduisant par une répartition inégalitaire de la propriété.

 

Une population émigrée

Pour les sociétés européennes, la conséquence lointaine d'avoir déporté des êtres humains est aujourd'hui une présence physique d'une population émigrée composée des ressortissants des « vieilles colonies ».

Des préjugés raciaux

L'esclavage a créé ce qu'on appelait aux 18e et 19e siècles le préjugé de couleur : une hiérarchie des couleurs avec à son sommet la couleur blanche. L'esclavage n'est cependant pas la seule cause du racisme.

Publié le 29/03/13

Modifié le 12/11/19

Retrouve ce contenu dans :