« La Dame à la licorne — À mon seul désir », au musée de Cluny

1 minute au musée
Publié le 08/08/19Modifié le 20/11/19

Sur le même sujet

La tapisserie La Dame à la licorne – À mon seul désir

La Dame à la licorne est une composition de 6 tapisseries datant du temps des chevaliers. À mon seul désir est le titre de la dernière de ces 6 tapisseries. Elle illustre le traitement de la perspective au Moyen Âge : ce qui est loin figure en haut du tableau, alors que ce qui est devant se trouve en bas du tableau. 

Nabi : Wouah, vise un peu tous ces animaux ! Un singe, un lion, un chien... Et ça, qu'est-ce que c'est ?

Raphaël : C'est une licorne.

Mona : Ça doit faire loucher, cette chose, entre les yeux ?

Raphaël : Moitié chèvre, moitié cheval, avec sa corne de narval, la licorne est un animal imaginaire. 

Nabi : C'est dommage. Pourtant, c'est la classe, une licorne... Et ça, c'est imaginaire, les lapins, les chiens qui volent avec les oiseaux ?

Mona : Non, c'est une très vieille façon de dessiner. 

Raphael : C'est la perspective du Moyen Âge. Ils disent que ce qui était loin est en haut du tableau, et ce qui était devant est en bas du tableau.

Nabi : De toutes façons, ce n'est pas un vrai tableau. On dirait un canevas de ma grand-mère.

Mona : C'est une tapisserie du temps des chevaliers. 

Raphaël : « À mon seul désir », c'est le titre de la dernière des 6 tapisseries qui forment La Dame à la licorne.

Nabi : Il y a une licorne, mais il n'y a ni cheval ni chevalier.

Mona : Ils faisaient tout le temps la guerre !

Raphaël : Oui, et leur femme restaient seules à tapisser.

Nabi : Elles avaient le temps : les guerres duraient au moins 100 ans !

Réalisateur : Franck Guillou

Producteur : Les Films de l'Arlequin, France 3, Le Musée du Louvre

Année de copyright : 2007

Année de diffusion : 2007

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :