Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

sso_title
sso_description
Spécialités02:58

Les ouvriers ont-ils disparu ?

Decod'éco

Peut-on parler d'une disparition des ouvriers en France ?

En 1970, il y avait 7,2 millions d’ouvriers en France. Ils sont aujourd’hui un peu plus de 6 millions. Si leur nombre a diminué, ils sont loin d’avoir disparu, contrairement aux idées reçues. 
Ces 7,2 millions représentaient en effet 40% de la population active en 1970.  Mais depuis, la population a augmenté et les ouvriers ne représentent plus aujourd’hui qu’environ 20% des actifs. Et pour cause, les métiers dont les effectifs ont le plus augmenté durant les dernières décennies se trouvent dans le secteur tertiaire. 

EVOLUTION DES CONDITIONS DE TRAVAIL

Si on a tendance à associer les ouvriers à l’industrie, rappelons que les « ouvriers » sont les salariés qui effectuent un travail manuel. Plus de la moitié d’entre eux aujourd’hui travaille dans les services, en particulier le bâtiment et la construction. Et l’évolution de l’emploi rend floue la différence entre ouvriers et employés : une hôtesse de caisse dans un supermarché effectue un travail physiquement éprouvant et répétitif, sans pour autant être considérée comme ouvrière.

Les entreprises employant des ouvriers ont elles aussi changé. Dans les années 70, les grands bastions ouvriers étaient les mines, la sidérurgie, les grandes entreprises automobiles et le textile. Aujourd’hui, certains de ces secteurs, les mines et le textile, ont pratiquement disparu. De plus, les entreprises industrielles se sont automatisées et réorganisées, en faisant fortement appel à la sous-traitance. Résultat, plus de la moitié des ouvriers travaille dans des entreprises de moins de 50 salariés. 

Les ouvriers n'ont pas disparus mais sont moins visibles

Ces changements font que les ouvriers sont aujourd’hui bien moins visibles qu’autrefois. Leur taux de syndicalisation a chuté et le parti communiste qui se présentait comme le parti de la classe ouvrière a pratiquement disparu. Si les ouvriers représentent 13% de la population totale, à la télévision ils constituent seulement 3% des personnes qui apparaissant à l’écran, et il y a zéro député ouvrier à l’Assemblée Nationale.
La vision des ouvriers a elle aussi changé. Les métiers manuels sont dévalorisés par rapport aux activités intellectuelles : le taux de chômage des ouvriers est plus élevé que celui de la population en général, et ils occupent plus souvent des emplois précaires : les ouvriers ne sont plus aussi valorisés qu’autrefois. Leurs rares moments de visibilité médiatique se font lors d’occupation d’usines qui ferment, pour évoquer les délocalisations ou le vote front national, donnant l’image de métiers déclassés, d’un univers vieillissant. Les ouvriers n’ont donc pas disparu : c’est leur place dans la société qui a complètement changé.

Pour aller plus loin :

Les robots vont-ils nous remplacer ?

 

 

 

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Alexandre Delaigue

Producteur : francetv éducation

Année de copyright : 2017

Année de production : 2017

Année de diffusion : 2017

Publié le 14/09/17

Modifié le 12/11/19

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par