Vidéo : Les puces de mer (Conte de Saint-Pierre et Miquelon)

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions03:42Publié le 11/05/2021

Les puces de mer (Conte de Saint-Pierre et Miquelon)

Les contes et comptines de Lili

Avant les puces de mer, il y avait les algues et les algues connaissent par cœur l’histoire des puces de mer.

 

Voici comment elles l’ont racontée l’année dernière à ma petite cousine.

 

Il y a longtemps, très longtemps, la terre était peuplée de génies qui s’occupaient de toutes sortes de choses utiles comme de veiller par exemple à ce que la mousse soit toujours humide, les galets convenablement arrondis et les oreilles de lapin, bien droites.

La vieille Nonille était un génie femelle qui avait la charge de tous les insectes de la terre. Elle avait un travail considérable et aurait bien aimé se faire aider par son petit-fils, le géant Mounuf.

 

Mais, Mounuf préférait aller à la pêche.

 

Un jour qu’il était à plat ventre le long d’un torrent et qu’il venait de saisir la queue d’une truite, trois puces le piquèrent en même temps à la cuisse.

Surpris, Mounuf sursauta et la truite en profita pour s’échapper. C’est pourquoi Mounuf fut très en colère contre les puces qui l’avaient piqué.

Il alla se plaindre à sa grand-mère et lui demanda d’exterminer toutes les puces de la terre. La vieille Nonille refusa, elle ne voulait faire de mal à aucun de ses protégés, mais elle fit venir les puces et leur reprocha de s’être attaqué à son petit-fils.

Pour se faire pardonner, les puces aidèrent Mounuf un jour qu’il se battait contre son cousin Gornoulf.

Gornoulf avait presque réussi à prouver à Mounuf qu’il était vraiment plus fort que lui, lorsque les puces montèrent à l’assaut de son gros orteil.

Le pauvre Gornoulf fut tellement envahi par les démangeaisons qu’il abandonna la bataille et s’enfuit dans les bois.

 

Cependant, Mounuf n’était pas seulement un gros grand et coléreux garçon, il était aussi très vantard et s’attribua tout le mérite de la victoire.

Il devint si insupportable dans ses vantardises, que la vieille Nonille décida de lui donner une leçon. Elle convoqua à nouveau les puces et leur dit : « Ce que vous avez fait à Gornoulf, il faut que vous le fassiez demain à Mounuf, jusqu’à ce qu’il demande grâce et revienne à plus de modestie. »

 

Le lendemain, toutes les puces attaquèrent ensemble le géant vaniteux. Il appela au secours sa grand-mère, mais voyant qu’elle ne réagissait pas, il se mit à courir droit devant lui…

 

Il courut… courut… courut… jusqu’à la mer ! Il lui fallut six heures de marche dans l’océan pour avoir de l’eau jusqu’au-dessus de la tête et six heures pour revenir sur la plage, débarrassé de ses puces, mais là !... d’autres puces toutes fraîches l’attendaient et le manège recommença pendant plusieurs jours, jusqu’à ce que la vieille Nonille jugea la punition suffisante.

 

Peut-être pensez-vous que cette vieille Nonille sacrifiait bien légèrement toutes les puces qui tombaient à la mer.

Soyez donc rassurés. Nonille connaissait très bien, le génie de la mer et elle avait tout arrangé avec lui et toutes les puces que Mounuf croyait noyer, étaient transformées immédiatement en petits animaux marins.

 

C’est ainsi que sont nées les puces de mer.

 

Voilà ce que les algues ont raconté à ma petite cousine, mais je ne sais s’il faut croire cette histoire, car j’en connais une autre bien différente qui parle aussi de la naissance des marées et que je vous la raconterai un jour.

 

Extrait de Les contes du Chalin aux Îles Saint-Pierre et Miquelon 

De Andrée Lebailly

Éditions Léméac

Producteur : Bérénice Média Corp.

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 11/05/21

Modifié le 17/05/21

Ce contenu est proposé par