« Les Vieilles » ou « Le Temps », de Francisco de Goya y Lucientes

1 minute au musée
Publié le 12/08/19Modifié le 11/11/19

Sur le même sujet

Ces vieilles qui ressemblent à des morts vivants ont été peintes par Goya vers 1810. Derrière elles, Chronos, le dieu du temps vient faire le ménage. Il symbolise la mort qui vient les chercher car leur temps est terminé.

Et, comme la plupart des vieux, elles n’ont pas du tout envie de mourir. L’une d’elle se regarde dans un miroir et veut se croire encore du charme. Elle a mis ses plus beaux habits et tous ses bijoux, on dirait une reine. « Que tal ? » (Comment ça va ?) lui demande le miroir. Par cette question, Goya se moque de la vanité des grandes dames qui ne pensent qu’à leur apparence.

 

Allégorie de la vieillesse

Nabi (fasciné) : Ouaaaah ! Terrible !

Rafaël : Eh eh, on dirait des morts vivants.

Mona : Arrêtez, c’est  pas drôle, c’est des vieilles ! C’est même marqué dessous : Les Vieilles ou Le Temps de Francisco de Goya, vers 1810.

Rafaël : En effet, elles sont vieilles !

Nabi : Et l’ange derrière, il vient faire leur ménage avec son balai ?

Rafaël : C’est Chronos, le dieu du temps qui vient les chercher. Il symbolise la mort !

Mona : Pour qu’elles débarrassent le plancher !

Nabi : Et l’autre qui s’en fiche, elle se regarde dans un miroir, elle se croit belle peut-être !

Mona : En tout cas, elle a mis tous ses plus beaux habits et tous ses bijoux, on dirait une reine.

Nabi : Et c’est quoi Que tal ?

Mona : De l’espagnol, et ça veut dire « comment ça va ». C’est sûrement pour se moquer d’elle car elle a pas l’air de bien aller.

Rafaël : C’est ce qu’a voulu Goya, se moquer des grandes dames qui ne pensent qu’à se pomponner.

Mona : C’est réussi, regarde cette couche de peinture qu’elle s’est collée sur la figure.

Rafaël : C’est surtout le peintre qui en a rajouté une couche, il peignait à la spatule et même avec les doigts pour avoir tous ces effets.

Nabi : Avec les doigts ! Y’a pas de quoi en faire un plat ;  on apprend ça à la maternelle !!

Réalisateur : Franck Guillou

Producteur : Les Films de l'Arlequin, France 3, Le Musée du Louvre

Année de copyright : 2007

Année de diffusion : 2007

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :