Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

Rousseau aurait permis à Kant de prendre conscience que « tout bien qui n’est pas greffé sur une disposition moralement bonne n’est que pure chimère et faux clinquant ».1

portrait de rousseau

 

En d’autres termes, Kant aurait renoncé à croire que l’« honneur de l’humanité » résiderait seulement dans les progrès des connaissances et de l’intelligence, pour comprendre que le seul « sujet d’étude qui donne à tous les autres leur valeur consiste [...] à faire ressortir les droits de l’humanité ».2Rousseau aurait donc mis Kant sur la voie qu’il n’allait plus jamais quitter : l’affirmation résolue de la liberté humaine, c’est-à-dire la conviction que la sauvegarde de la liberté est une affaire majeure, tant en l’individu que dans le train de l’existence politique des peuples, de là la défense kantienne de l’organisation républicaine de la vie publique. Ainsi, lorsque Kant assigne la liberté comme finalité à l’éducation, il est rousseauiste.

En revanche, lorsque le philosophe élabore l’« Idée d’une histoire universelle… », il cesse de l’être : le tableau épouvantable qu’il trace de la « grande scène du monde » ne l’empêche pas d’affirmer un progrès continu du Droit, lequel serait inconcevable si on déniait aux hommes la liberté (il n’y aurait alors que des rapports de force) – mais, inversement, la liberté est à son tour inconcevable sans le Droit, qui seul permet de contrecarrer l’oppression que les plus puissants ne manquent jamais d’exercer sur les plus pauvres. Si nous disons que Kant cesse ici d’être comme rousseauiste, c’est parce que Rousseau ne pense pas l’histoire et qu’il refuse, on le sait, l’idée de progrès.

Les trois causes occasionnelles que Kant imagine après coup l’avoir incité à bouleverser la philosophie, sont pour nous l’occasion d’un portrait un peu plus précis, en nous invitant à une triple question :

?Kant est-il un philosophe des Lumières ?

 

1idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique, septième proposition, trad. s. piobetta, aubier, 1947, p. 73.

2 Pris à Alexis Philonenko (op. cit., T. I, p. 14) qui cite un fragment des Reflexionen.

Découvrez à l'aide d'un quiz les lieux où Rousseau à su se mettre en scène selon Starobinski.

Publié le 11/02/13

Modifié le 14/01/20

Retrouve ce contenu dans :