Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

Tous les ans, les gourmands attendent avec impatience de manger la galette des Rois et de savoir qui aura la fève. D'où vient cette tradition célébrée tous les 6 janvier ?

Au départ, il s'agit d'une fête romaine, d'environ sept jours (appelée les Saturnales), célébrant le retour des jours plus longs que les nuits. Entre fin décembre et début janvier, pour déjouer les mauvais sorts du dieu Saturne, les rôles étaient inversés dans les grandes familles riches. Ainsi, un esclave pouvait devenir le maître et réaliser tous ses vœux pendant une journée. Pour désigner celui qui serait le roi des Saturnales, chaque famille préparait un gâteau.

Le roi du festin et du « désordre »

Une graine de fève blanche ou noire était placée dans cette pâtisserie. Puis, les parts étaient coupées selon le nombre d'invités. L'expression «  tirer les rois  » vient de cette époque. Selon la tradition, le plus jeune prenait place sous la table pour désigner au hasard la personne à qui chaque part était destinée. Un morceau supplémentaire (appelé « la part du pauvre ») était laissé de côté, au cas où quelqu'un se présenterait à la porte. Celui qui avait la fève devenait ainsi le roi du festin et du «  désordre  » (puisque tous les rôles étaient inversés). Il devait porter une fausse couronne. Plus tard, reprise par les Chrétiens, la tradition de la galette célébrera la visite des Rois mages à l'Enfant Jésus.

La fève dans tous ses états

Selon les régions de France, la galette (ou le gâteau) des Rois n'est pas la même. Mais qu'elle soit une brioche aux fruits confits, une pâte à chou recouverte de sucre ou encore un gâteau aux amandes ou au chocolat, elle cache toujours une fève. Au fil du temps, la graine de fève ou le haricot sec sont remplacés par une pièce d'or ou d'argent. Au XVIIIe siècle, elle devient une figurine en porcelaine, représentant les personnages de la crèche. De nos jours, la fève est souvent en plastique et prend des formes très diverses… même celles de personnages de dessins animés.

 

Lise Le Fanu

 

 

La saviez-vous?

Tous les ans, lors de la traditionnelle réception au palais de l’Élysée (où travaille le président de la République), une énorme galette est préparée pour le chef de l'État et des invités.

Mais le boulanger-pâtissier chargé de la faire n'a pas le droit d'y placer de fève… car un président de la République ne peut pas être roi.

 

 

Publié le 20/12/13

Modifié le 20/12/13