manifestation en allemagne de l'est en 1989

Manifestation en allemagne de l'Est en 1989. Photo : DR.

Les refuzniks, « ceux qui refusent », en Russie

En URSS, les opposants sont souvent des intellectuels (écrivains, cinéastes, savants, etc.), baptisés « ceux qui refusent ». Les refuzniks diffusent des livres interdits, ronéotypés, les samizdats, pour informer la population. Ils sont pourchassés, exilés, internés dans des camps, le goulag. Ils réussissent à faire passer des informations, des documents à l'étranger pour montrer les réalités du système soviétique.

Le savant Andrei Sakharov

Le savant Andrei Sakharov est un symbole ayant participé à la réalisation de la bombe H. Il a lutté activement pour la défense des droits de l'homme dans son pays. Il est plusieurs fois emprisonné, exilé loin de Moscou, mais il résiste et continue son action. Il reçoit le prix Nobel de la paix en 1975. Avec la venue de Gorbatchev au pouvoir et la libéralisation, il est élu député. Il meurt en 1989 d'une crise cardiaque.

Le syndicat Solidarnosc en Pologne

En Pologne, l'opposition se réunit dans les églises ou leurs dépendances. Elle est organisée à partir de 1980 autour du syndicat Solidarnosc créé par Lech Walesa. L'opposition polonaise au régime communiste bénéficie d'un atout qui empêche la répression d'être trop forte et qui pousse à la négociation : le poids international moral incontestable du pape polonais Jean-Paul II (Karol Wojtyla) qui est difficilement attaquable. Celui-ci soutient clairement Solidarnosc et les opposants polonais.

La révolution de velours e Tchécoslovaquie

En Tchécoslovaquie, des écrivains réunis autour d'un manifeste, la Charte 77, organisent la résistance au régime communiste. Leur groupe est notamment animé par un dramaturge, Vaclav Havel. Celui-ci est plusieurs fois emprisonné pour ses opinions. Tissant des liens avec les survivants du « printemps de prague » de 1968, ce groupe réussit à unifier dans l'opposition diverses couches sociales et à prendre le pouvoir en 1989 à l'occasion d'élections organisées par le régime. C'est « la révolution de velours ». Vaclav Havel est élu président de la République tchécoslovaque. En 1992 / 1993, une scission s'opére et donne naissance à la République tchèque et à la Slovaquie.

Publié le 15/10/12

Modifié le 04/10/19

Retrouve ce contenu dans :