« L'Âge mûr », de Camille Claudel

1 minute au musée
Publié le 13/08/19Modifié le 11/11/19

Sur le même sujet

Une sculpture majeure de Camille Claudel

Cette sculpture évoque l'hésitation de Rodin entre son ancienne maîtresse, qui devait l'emporter, et Claudel qui, pour le retenir, se penche en avant. Au-delà de son histoire personnelle, la sculpteuse réalise une œuvre symbolique qui entraîne une méditation sur les rapports humains. 

L'homme à la fin de sa maturité est vertigineusement entraîné par l'âge tandis qu'il tend une main inutile vers la jeunesse. Les figures nues sont entourées de draperies volantes qui accentuent la rapidité de la marche. 

 

Nabi : Ouais, super, la statue ! Une vieille sorcière emporte un chevalier vaincu, tandis que sa malheureuse princesse essaye de le retenir…

Rafaël (dubitatif) : Il est pas jeune jeune, le chevalier…

Mona : Normal, ça s’appelle L’Âge mûr.

Rafaël : J’ai compris ! C’est un homme emporté par la vieillesse, qui dit adieu à la jeunesse…

Mona : Pas seulement, écoutez : Camille Claudel a représenté sa propre histoire !

Nabi : Elle s’est fait kidnapper par la vieillesse ?

Mona : Nan, elle était jeune et amoureuse du sculpteur Rodin, qui avait 24 ans de plus qu’elle…

Nabi : Alors, elle, c’est Camille Claudel ! Lui, c’est Rodin ! Et c’est qui, la vieille bique ?

Mona : La compagne de Rodin qu’il n’a pas voulu quitter pour Camille…

Nabi : Ben dis donc, il avait besoin de lunettes !

Rafaël : Elle allait pas sculpter un canon, elle était jalouse !

Mona : Et très malheureuse… Regardez comme elle le supplie de rester !

Nabi : ça a pas l’air drôle, l’âge mûr…

Rafaël : T’inquiète, t’y es pas encore. Commence déjà par l’âge de raison !

Réalisateur : Franck Guillou

Producteur : Les Films de l'Arlequin, France 3, Le Musée du Louvre

Année de copyright : 2007

Année de diffusion : 2007

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :