L'« Ours blanc », de François Pompon

1 minute au musée
Publié le 08/08/19Modifié le 11/11/19

Sur le même sujet

Qui est François Pompon ?

Pendant des années, Pompon est l'un des praticiens les plus recherchés de Paris, taillant le marbre pour Auguste Rodin et Camille Claudel. Mais à partir de 1905, par réaction à l'expressionnisme rodinien, Pompon abandonne la figure humaine au profit des animaux qu'il observe au Jardin des plantes : l'Ours blanc est le plus bel aboutissement de cette veine. Eliminant l'accessoire et le détail, il abandonne tout rendu réaliste pour s'attacher à « l'essence même de l'animal ».

 

Mona : Wouah, regardez le gros nounours ! Il n'est pas tout jeune : 1928 !

Rafaël : Vous avez vu ses pattes ? Elles sont énormes !

Nabi : Et sa tête, elle est toute petite !

Mona: En tout cas, il ne fait pas du tout peur ! On a même envie de le caresser tellement il est pataud !

Rafaël : Eh, faut pas le toucher, ça va l’abîmer.

Nabi : C’est pour ça qu’il a plus de poils ?

Rafaël : Non, c’est exprès ! Écoutez ça : François Pompon sculptait le moins de détails possibles pour ne garder que l’essentiel : les traits qui, en un clin d’œil, caractérisent l’animal.

Nabi : Il n'avait pas plutôt un poil dans la main, ton Pompon ?

Rafaël : Sûrement pas : il a tellement sculpté d’animaux qu’il pourrait remplir un zoo à lui tout seul…

Mona : Oh oui, dis donc, il y a de tout : panthère, lion, hippopotame, éléphant, cochon, poule, cygne…

Nabi : Tu parles, moi aussi, je peux te faire un animal avec trois fois rien comme détails ! Regardez ! Vous allez tout de suite deviner ce que c’est.

Nabi : Cot cot codec ! Cot cot codec !

Nabi : Alors, de quoi j’ai l’air ?

Mona: D’un vrai dindon !

Réalisateur : Franck Guillou

Producteur : Les Films de l'Arlequin, France 3, Le Musée du Louvre

Année de copyright : 2007

Année de diffusion : 2007

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :