Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Français04:29

Confucius, alors en voyage au pays de Whou fit la rencontre d’un peintre nommé Wang. Ce peintre bien qu’il fut un artiste de grand talent, vivait dans la pauvreté la plus extrême.

Il habitait une masure faite de torchis, comprenant une unique pièce et possédait pour tous bien, un chevalet, quelques pinceaux et quelques toiles. Il peignait de l’aube au crépuscule, se nourrissant d’un peu de gruau, de riz et de quelques fruits que lui donnait un modeste verger.

Lorsqu’il le vit pour la première fois, Confucius s’étonna de la qualité de son travail. Sur un parchemin, Wang peignait un paysage de montagne, de roche et de nuage, avec une telle précision que la scène semblait sortir du cadre.

   - Et bien, s’écria Confucius, quel art du détail ! Je donnerai plusieurs années de ma vie pour savoir peindre comme cela.

Puis découvrant l’extrême dénuement dans lequel vivait le peintre, il dit :

   - Comment se fait-il qu’un homme de votre talents vive ainsi dans la misère ? 

   Je connais bon nombre de princes qui seraient heureux de vous accueillir. Alors cours.

Wang leva les yeux de son tableau et rétorqua :

   - Quelle misère ? Je vis heureux parmi la nature. Et si je me contente de peu, je ne peux me passer de peindre.

A la cour de vos princes, il me faudrait sans cesse répondre à des  invitations, faire des courbettes, assister aux cérémonies, justifier de mon temps, répondre aux commandes, me plier aux jougs du Seigneur des lieux.

Ici, c’est moi qui décide de ma vie, et ma misère est heureuse puisqu’elle me rapproche de l’essentiel qui constitue ma vie : ma peinture.

Confucius, émerveillé par une telle réponse, quitta Wang, les yeux remplis de larmes de bonheur. De retour au monastère, il confia à ses disciples :

   - Je vous souhaite de devenir aussi pauvre d’argent que le peintre Wang, car c’est une grande richesse que de vivre dans une telle misère.

Extrait d'un conte chinois de Confucius

Réalisateur : Noam Roubah

Nom de l'auteur : Séverine Lebrun

Producteur : Darjeeling/Moving Puppet

Distributeur : MIAM ! ANIMATION

Diffuseur : France Télévisions

Année de copyright : 2017

Année de production : 2017

Année de diffusion : 2018

Publié le 11/04/18

Modifié le 07/11/19

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par