« Une chambre à soi » de Virginia Woolf

Publié en 1929, l'essai « Une chambre à soi » dénonce « l'empêchement » des femmes à accéder à la création littéraire et artistique. Résumé, procédés littéraires et analyse dans cette fiche de révision consacrée à cette œuvre majeure de Virginia Woolf.

Publié le 09/05/2022 • Modifié le 16/05/2022

Temps de lecture : 2 min.

Écrit par Elodie Pinel

Publié en 1929, l'essai Une chambre à soi dénonce « l'empêchement » des femmes à accéder à la création littéraire et artistique. Résumé, procédés littéraires et analyse dans cette fiche de révision consacrée à cette œuvre majeure de Virginia Woolf.

De quoi parle Une chambre à soi ?

Une chambre à soi est un essai qui pose la question des conditions d’accès des femmes à l’écriture en particulier, et à l’art en général. Selon Virginia Woolf, le talent est une condition nécessaire pour écrire mais elle n’est pas suffisante ; il faut y ajouter l’indépendance financière et un espace intime, au sens propre (une chambre à soi) et au sens figuré (un espace mental propre, qui ne soit pas accaparé par les besoins des autres). Les principaux thèmes de ce livre sont l’émancipation féminine, la création artistique, les inégalités homme/femme, le génie littéraire.

Comment est écrit l'essai Une chambre à soi ?

Une chambre à soi a recours au registre didactique lorsque Woolf explique à son lecteur la manière dont elle considère la création littéraire. Elle adopte également un ton dogmatique lorsqu’elle expose les causes de l’absence de grandes œuvres féminines à son époque et qu’elle récuse l’idée selon laquelle les femmes n’auront pas laissé de chef-d’œuvre en littérature parce qu’elles n’auraient pas eu le talent nécessaire pour cela. Les procédés littéraires qu’utilise le plus Woolf sont les questions rhétoriques, qui interpellent le lecteur en soulignant les évidences qu’il doit reconnaître, comme l’impossibilité pour les femmes d’accéder au savoir lorsqu’on leur interdit la fréquentation des bibliothèques par exemple, mais aussi le récit au passé car Woolf raconte, à la première personne, les étapes de son questionnement sur la place des femmes dans l’art, comme s’il s’agissait d’une quête : une quête de vérité.

Quels sont les passages les plus célèbres d’Une chambre à soi ?

Le moment clé d'Une chambre à soi correspond à l’hypothèse de la « sœur de Shakespeare ». Virginia Woolf imagine que Shakespeare avait une sœur aussi douée que lui pour l’écriture et le théâtre. Cette hypothèse étant posée, elle démontre que les conditions d’accès au savoir et à la création des femmes de l’époque élisabéthaine (sous le règne d'Elisabeth 1er, de 1558 à 1603) rendaient impossible que cette supposée sœur de Shakespeare ait pu effectivement composer et jouer des pièces (pour rappel, les femmes n’avaient pas le droit de jouer sur scène à la fin du XVIe siècle). Ce raisonnement analyse ce qu’on appelle aujourd'hui le processus d’invisibilisation des femmes, qui aboutit à la situation des « femmes empêchées », c’est-à-dire qui ne peuvent pas se réaliser car on les en empêche. 

Une chambre à soi, quel héritage ?

Une chambre à soi est un essai fondateur pour les féministes occidentales du XXe et du XXIe siècle. C’est le premier texte qui dissèque le mécanisme de la création littéraire en la ramenant à des facteurs concrets et identifiables, le plus souvent matériels. En cela, Woolf désacralise l’auteur comme l’autrice et jette un regard critique et distancié sur la création artistique. L’artiste n’est plus héroïque et n’est pas voué à être maudit. D’autre part, en expliquant l’invisibilisation des femmes, Woolf a contribué à faire comprendre que l’argument habituellement avancé que les femmes n’étaient pas assez douées pour écrire était un argument de mauvaise foi, puisque tout était fait pour qu’elles n’accèdent pas à la publication de leurs œuvres ou à la notoriété. Par sa propre œuvre littéraire, Woolf a lutté contre ces processus d’empêchement et d’invisibilisation. La vie et l’œuvre de cette autrice ont donné lieu à plusieurs films : The Hours, en 2002, par Stephen Daldry, et Vita et Virginia, en 2018, par Chanya Button.

Ce qu’il faut retenir sur Une chambre à soi

  • Propos : essai qui pose la question des conditions d’accès des femmes à l’écriture en particulier, et à l’art en général.
  • Principaux thèmes : l’émancipation féminine, la création artistique, les inégalités homme/femme, le génie littéraire.
  • Registres : didactique et dogmatique.
  • Procédés littéraires : les questions rhétoriques ; le récit au passé.
  • Passages célèbres : l’hypothèse de la « sœur de Shakespeare ».
  • Analyse : Woolf jette un regard critique et distancié sur la création artistique. Par son raisonnement sur la place des femmes dans cette activité, Woolf cherche à démontrer le processus d’invisibilisation des femmes qui aboutit à la situation des « femmes empêchées ».

 

► Découvrez la vidéo de la série Félix déLIRE consacrée à Une chambre à soi de Virginia Woolf.

►► Tout sur la littérature d'idées et la presse du XIXe siècle au XXIe siècle.


Ce contenu est proposé par