Des conditions extrêmes en Kirghizie ou à Madagascar

icone menu
Les chemins de l'école
Publié le 03/07/15Modifié le 15/11/18

Sur le même sujet

A 2400 mètres d’altitude, au cœur de la Kirghizie, Erbol,12 ans, harnache son cheval Bououroul. Il est 5 heures du matin et la température ne dépasse pas -40°C. Chaque jour, il part pour 13km de trajet et met plus de deux heures pour rejoindre son école, et chaque jour il met environ deux heures pour retourner chez lui après les cours. La route étant enneigée, il doit veiller à ce que son cheval ne se casse pas la patte. 
A Madagascar, Francklyn et Olivier ont 12 et 14 ans, ils parcourent chaque dimanche matin plus d’une vingtaine de kilomètres de marche pour accéder à leur école. Durant trois heures et demie voire quatre heures, ils sillonnent une piste de sable ocre, traversent la forêt d’Ambatry et affrontent le « Malaingadra », un endroit dangereux habité par des hommes mal attentionnés susceptibles de les voler et de les capturer à tout moment. 

Retrouve ce contenu dans :