Vidéo : La gouvernance mondiale

vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
Enseignement moral et civique03:01

La gouvernance mondiale

Les clés de la république

Le Monde est devenu un village. Les frontières ne permettent pas d'arrêter les virus, on a donc créé l'Organisation mondiale de la santé, ni les flux financiers, on a donc créé le Fonds monétaire international. Avec ces institutions, on tente d'organiser le monde. On appelle ça la gouvernance mondiale. S'il y a une activité qui ne connait plus de frontières, c'est le commerce.

Voilà pourquoi l'Organisation mondiale du commerce est si importante.

Jean-Paul, chef de l'entreprise « Filchaud, » en sait quelque chose. Il a repris la fabrique d'écharpes créées par Maurice, son grand-père, après la guerre. En cédant l'affaire à son petit-fils, Maurice l'avait prévenu : il faudra certainement vendre l'usine ou la fermer et licencier les 60 ouvriers.

En quelle année la Chine a-t-elle adhéré à l'Organisation mondiale du commerce ?

Parce que depuis que la Chine a adhéré à l'Organisation mondiale du commerce, en 2001, Filchaud ne peut plus suivre face à une telle concurrence.

La France ne peut plus taxer les écharpes chinoises comme elle pouvait le faire avant pour protéger son industrie textile.

Jean-Paul est furieux qu'on ait laissé la Chine adhérer à l'OMC et trouve que la concurrence n'est pas juste, parce que les Chinois paient très mal leurs ouvriers.

A quoi sert l'Organisation mondiale du commerce ?

L'OMC est basée à Genève, en Suisse. 150 pays s'engagent à ne pas mettre de barrières douanières trop élevées entre eux, pour que le commerce soit le plus libre et le plus fluide possible afin que le plus grand nombre de pays puissent acheter et vendre.

S'il y a un conflit entre deux pays qui voudraient, par des moyens détournés, empêcher des importations ou des exportations, c'est l'OMC qui tranche et peut infliger des amendes aux tricheurs.

En attendant, à cause de l'OMC, Maurice s'inquiète pour Jean-Paul et ses employés. Mais Jean-Paul est malin et au salon du textile moderne, à Paris, il a rencontré Odile. Odile est ingénieure et elle a mis au point un tissu synthétique ultra souple et ultra chaud grâce à une formule toute simple à base de... Mais chut, c'est un secret de fabrication ! Odile et Jean-Paul font affaire.

L'entrepreneur décide d'investir pas mal d'argent pour adapter l'usine et former les ouvriers aux nouvelles techniques qui permettront de fabriquer les écharpes violettes avec le super tissu d'Odile.

Oui, parce que le seul inconvénient de ce tissu, c'est qu'il ne peut être que violet. Mais peu importe, Jean-Paul a une idée géniale.

Depuis 2011, la Russie a adhéré à l'OMC. Du coup, la Russie ne peut plus taxer les écharpes venues du reste du monde. Et en Russie, il fait très froid.

Jean-Paul part à Moscou proposer ses écharpes révolutionnaires et il explique aux Russes que la mode à Paris, c'est le violet.
Rusé, non ? Ils mordent à l'hameçon, ils en commandent 25 000. En constatant que Filchaud est sauvé, Maurice reconnait que l'OMC a aussi de bons côtés.

Le seul problème, c'est qu'il n'aime vraiment pas le violet !

Réalisateur : Mathieu Decarli et Olivier Marquézy

Producteur : La Générale de Production avec le soutien de LCP Assemblée Nationale, Public Sénat et le réseau Canopé – CNDP

Année de copyright : 2014

Année de production : 2014

Publié le 20/07/20

Modifié le 20/10/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par