1990 : la réunification allemande


Publié le 15/10/2012 • Modifié le 02/09/2022

Temps de lecture : 1 min.

1990 : la réunification allemande

1989 : chute du mur de Berlin

En 1989, l'Allemagne de l'Est fête ses quarante ans d'existence. Le dirigeant du pays Erich Honecker veut faire de cet anniversaire la célébration du modèle communiste. Il invite donc à Berlin-Est tous les dirigeants des pays communistes. La célébration tourne à la manifestation pro-Gorbatchev, acclamé aux cris de « Aide-nous ! Aide-nous ». Gorbatchev s'adresse alors à la direction communiste de la RDA en leur disant « Celui qui vient trop tard est puni par la vie ».

Des manifestations de plus en plus nombreuses, notamment à l'initiative de l'église protestante se déroulent chaque semaine, aux cris de « Nous sommes le peuple ». Le changement des hommes au pouvoir ne fait diminuer ni les manifestations ni la pression pour l'ouverture des frontières. Le 9 novembre, le gouvernement se résout à laisser les points de passage vers Berlin-Ouest ouverts. C'est la ruée ininterrompue toute la nuit et la journée suivante. La population commence dès lors à détruire le mur, symbole de leur enfermement.

Quel avenir pour la RDA et la RFA après la chute du mur ? 

Très vite, la question de la réunification de l'Allemagne se pose.

Les élections de mars 1990 en RDA voit le triomphe du parti du chancelier ouest-allemand Helmut Kohl.

Dès juillet 1990, l'union économique et monétaire entre la RDA et la RFA est mise en place.

En septembre, le traité de Moscou, signé par les deux Etats allemands, la France, les USA, l'URSS et la Grande-Bretagne, fixe les contours de l'Allemagne unifiée.

Les Länder de Brandebourg, Mecklembourg-Poméranie, Saxe, Saxe-Anhalt et Thuringe sont reconstitués.

L'unification de l'Allemagne est proclamée le 3 octobre 1990, moins d'un an après la chute du mur de Berlin.


Ce contenu est proposé par