Une mosaïque de styles

Moderne et déconcertant à première vue, le récit de Diderot échappe à la classification traditionnelle des genres. Dans le roman est enchâssé un ensemble de textes allant de la nouvelle au conte et de l’essai philosophique au traité d’esthétique. Une prolifération de récits annexes étoffe l’ensemble : fables, dictons, anecdotes, etc. Denis Diderot joue également sur différentes figures de style comme le sermon, le portrait ou l’oraison. Ce jeu de tiroirs dans lequel le lecteur semble parfois se perdre, révèle, à l’analyse, une articulation réfléchie.
 

Une savante articulation

Les rebondissements de l’intrigue de cet ouvrage donnent l’illusion d’une improvisation permanente. Diderot introduit près de 180 ruptures dans son récit. Mais, derrière cette déconstruction apparente, Jacques le Fatalistes’articule autour de quatre entrées récurrentes :

  • Le voyage itinérant de Jacques et de son maître
    Sans but apparent, le périple de Jacques et son maître se déroule sur huit journées : de la première journée commencée à la belle étoîle au début du roman, à la huitième marquant la fin de leurs aventures, quand Jacques et son maître arrivent à la maison de la nourrice du fils de ce dernier. La chronologie reste floue, les départs matinaux et les haltes dans les auberges marquant les journées.
    Le voyage permet au héros de croiser des personnages les plus variés, à la manière du roman picaresque en vogue à l’époque (le Don Quichotte de Cervantès, publié au XVIIe siècle).
  • Le récit des amours de Jacques
    C’est un des thèmes centraux de l’ouvrage. Lors de la première journée, Jacques entreprend de raconter à son maître le récit de ses amours avec Denise.
  • Les commentaires du narrateur
    S’adressant souvent directement au lecteur, il peut s’agir de simples anecdotes ou jugements sur les personnages, mais bien souvent les commentaires du narrateur soulèvent un véritable débat philosophique.
  • Les multiples digressions
    Elles concernent les réflexions ou les récits rapportés par les personnages de l’histoire et représentent plus de la moitié du texte.

Publié le 03/10/13

Modifié le 28/02/20

Retrouve ce contenu dans :