Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche

Située au nord-est de l’Afrique, l’Egypte ne serait qu’un désert sans le long fleuve qui la traverse : le Nil. Celui-ci prend sa source au cœur de l’Afrique et se jette dans la Méditerranée par un vaste delta marécageux.

lepaysdunil

Le Nil : des rives couvertes de papyrus

Le fleuve sépare la Haute Egypte, ou la vallée, et la Basse Egypte, ou le delta. Les deux rives ont été unifiées aux alentours de 3300 av. J.-C.

Pour tirer le plus possible des avantages du fleuve, les Egyptiens vivaient principalement dans la vallée. L’eau du Nil a permis le développement des cultures, de la pêche, mais aussi de la chasse des oiseaux sauvages qui se cachaient dans le papyrus poussant sur ses rives. Il était aussi la principale voie de communication des hommes et des marchandises.

Lors de la crue annuelle, le Nil inondait sa vallée de juillet à octobre. A partir d’octobre, lors de la décrue, il déposait une boue fertile, le limon. Le Nil était indispensable pour les Egyptiens. Voilà pourquoi ils honoraient sa crue comme un dieu sous le nom de Hâpy. Mais les effets de la crue n’ont pas toujours été les bienvenus. Les eaux du Nil ont parfois inondé les temples, les colosses… menaçant les édifices. C’est pour cela que dans les années 1960 un barrage a été construit à Assouan.

 

Amusez-vous à déchiffrer les hiéroglyphes avec Archéocode.

Publié le 09/01/13

Modifié le 13/11/19

Retrouve ce contenu dans :