Les formations au métier de monteur

Comment devenir monteur pour le cinéma et l'audiovisuel ? Quelles formations faut-il suivre ?


Publié le 25/01/2023 • Modifié le 26/01/2023

Temps de lecture : 2 min.

Le métier de monteur

Si vous aimez les puzzles, le métier de monteur est fait pour vous ! Que ce soit pour pour un court ou un long-métrage de fiction, une émission de télévision, un documentaire, un programme d’actualité, de la publicité ou des clips musicaux, son rôle consiste à visionner, organiser, trier et assembler les différents plans d’un film. Ces derniers étant tournés séparément et dans le désordre. Le monteur choisit donc les meilleures prises et reconstitue la trame du film. Il synchronise aussi le son et les images.

Si le métier nécessite d’excellentes connaissances techniques et un sens aigu de l’organisation, il faut aussi de solides compétences artistiques. Le monteur doit en effet donner du rythme à l’œuvre en déterminant la durée des séquences et en créant les bons raccords. Il doit être capable de choisir, de trancher, et d'être force de proposition.
Ses qualités ? Etre organisé et patient car le montage d’un long-métrage prend, par exemple, plusieurs mois. Si ce métier est plutôt solitaire, des qualités relationnelles sont essentielles pour établir une bonne communication et un lien de confiance avec le réalisateur avec lequel il travaille étroitement.

On dit du montage que c’est la troisième écriture
d’un film. La première est le scénario, la seconde,
le tournage. Parfois, on se rend compte que ce qui a
été prévu au tournage ne fonctionne pas. Au monteur
de devoir faire en sorte que ça fonctionne !

Alexandra, monteuse.

Rémunération d'un monteur

La rémunération d'un monteur diffère s’il travaille dans l’audiovisuel, le cinéma ou le secteur de la communication. Dans l’audiovisuel et le cinéma, sa rémunération est souvent calculée au jour ou à la semaine. Selon les barèmes syndicaux, il gagne entre 460 € et 1 330 € brut par semaine selon son expérience dans le secteur de l’audiovisuel. Et entre 516 € et 1 800 € brut par semaine dans le secteur du cinéma. Dans l’événementiel, sa rémunération varie entre 1 695 € brut par mois pour un débutant, et 2 632 € par mois pour un monteur qualifié.

Formations publiques et/ou gratuites au métier de monteur

  • Les BTS métiers de l’audiovisuel option métiers du montage et de la postproduction sont la principale porte d’entrée. Ils permettent d’exercer le métier d’assistant monteur ou de préparer les concours des écoles de cinéma. Ils sont proposés dans une trentaine de villes (Paris, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Cannes, Villeurbanne, Angoulême…) par des établissements publics et privés. Inscriptions via Parcoursup et sélection sur dossier. Retrouve la liste complète des établissements.

Dans les écoles de cinéma

  • L’ENSAV, à Toulouse, propose une licence 3 création audiovisuelle. Admission sur concours à bac + 2.
  • La Fémis (École nationale supérieure des métiers de l'image et du son), à Paris, propose une voie montage parmi les sept départements de son cursus principal. Admission sur concours à bac + 2.
  • Le Master cinéma de l’ENS Louis-Lumière à Saint-Denis, dispensé en 3 ans, forme notamment au montage. Admission sur concours à bac + 2.

Formations privées au métier de monteur

  • Esec, à Villeurbanne (Rhône). Filière postproduction en trois ans. Recrutement post-bac sur dossier et entretien. Frais de scolarité totaux : 19 800 €.
  • Le Conservatoire libre du cinéma français (CLCF), à Paris. Spécialisation en troisième année en montage. Admission sur dossier. Frais de scolarité totaux : 23 200 €.
  • Eicar, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) et à Villeurbanne (Rhône). Formation en alternance d’un an. Recrutement sur dossier à bac + 2. Frais de scolarité pris en charge (en partie ou en totalité) par l’entreprise.

► Découvre le métier de monteur avec la série Dans mon job.


Ce contenu est proposé par