Le gardien du phare aime trop les oiseaux

icone menu
En sortant de l'école - collection Jacques Prévert
Publié le 11/03/14Modifié le 19/02/19

Sur le même sujet

Des oiseaux par milliers volent vers les feux
Par milliers ils tombent par milliers ils se cognent
Par milliers aveuglés par milliers assommés
Par milliers ils meurent.

Le gardien ne peut supporter des choses pareilles
Les oiseaux il les aime trop
Alors il dit tant pis je m’en fous
Et il éteint tout

Au loin un cargo fait naufrage
Un cargo venant des îles
Un cargo chargé d’oiseaux
Des milliers d’oiseaux des îles
Des milliers d’oiseaux noyés.

 

Ce poème de Jacques Prévert évoque le malheur d'un homme qui aime trop les oiseaux, que son phare soit allumé ou éteint. Ce court-métrage fait partie de la collection « En sortant de l'école » qui rend hommage à l'esprit libertaire de Jacques Prévert.

Retrouve ce contenu dans :