Vidéo : Les origines du sucre

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Emissions Lumni08:04Publié le 01/02/2021

Les origines du sucre

Le club Lumni, les extraits

Découvre de quelle manière l'histoire du sucre est liée à la grande histoire avec la prof d'histoire-géo Isabelle.

L'exploitation de la canne à sucre au Moyen Âge

Jusqu’au Moyen Âge, les Européens ne connaissent pas le sucre. À la place, ils utilisaient le miel. La canne à sucre était originaire de la Nouvelle Guinée, au sud du pacifique, une région totalement des Européens. Ils entrent en contact avec le sucre grâce aux marchands indiens et arabes. À la fin du XIe siècle, les Européens vont cultiver cette plante dans tout le bassin méditerranéen. Mais, le climat n’est pas adapté. Le sucre est donc produit en petite quantité.

Exportation de la canne à sucre en Amérique par les explorateurs

Le tournant a lieu lors du deuxième voyage de Christophe Colomb en Amérique en 1493, au cours duquel il introduit la canne à sucre en Amérique. Le climat d’Amérique centrale et du sud est parfaitement adapté à sa culture. La production de sucre va ainsi beaucoup augmenter. Le sucre va être surtout consommé par la bourgeoisie et l’aristocratie européenne. C’est un signe de raffinement.

Les esclaves du sucre

La culture de la canne à sucre demande beaucoup de mains d’œuvre et c’est un travail très difficile. Ce travail est donc confié à des esclaves. À partir du XVIe, les esclaves sont utilisés dans les plantations aux Amériques. La traite des esclaves existe depuis l’Antiquité. Mais, entre le XVIe et le XVIIIe siècle, un véritable commerce d’esclaves se met en place. C’est le « commerce triangulaire » : les bateaux, chargés en marchandises, partent des ports des littoraux Atlantique pour les côtes africaines Ouest. Les marchandises y sont échangées contre des prisonniers africains chassés par des chefs de tribus à la demande des Européens. Les prisonniers traversent l’Atlantique dans des conditions abominables. Aux Antilles, les bateaux sont déchargés et les esclaves sont vendus aux enchères. Puis, on remplit le bateau de nouvelles marchandises tropicales comme le chocolat, le café, le tabac et la canne à sucre.

 

Les itinéraires maritimes du commerce triangulaire au XVIe et XVIIe siècles
© France Tv studio

Exploitation d'autres plantes pour produire du sucre

Les conditions de vie des esclaves dans les plantations sont dramatiques. De plus, ces êtres humains sont considérés comme des objets appartenant à leur maître. Les relations entre maître et esclaves sont régis par le « Code noir », un texte de lois rédigé à la fin du XVIIe s, par Jean-Baptiste Colbert à la demande de Louis XIV. Au milieu du XVIIIe siècle, les philosophes des Lumières commencent à s’opposer à ce trafic d’êtres humains. Progressivement, on va dénoncer la traite et l’esclavage jusqu’à son abolition définitive en France en 1848. À partir de là, la culture de la canne à sucre devient plus compliquée. En parallèle, on découvre que la betterave peut aussi donner du sucre. Une plante qu’on pouvait cultiver en France et sans esclaves.

 

Finalement, la gourmandise des Européens a été satisfaite en utilisant des esclaves. Cela a entraîné la déportation de 10 millions d’Africains vers l’Amérique et la mort de centaines de milliers d’entre eux.

Réalisateur : Anthony Forestier / Didier Fraisse

Producteur : France tv studio, Media TV

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 01/02/21

Modifié le 01/02/21

Ce contenu est proposé par

Tu aimeras aussi...

sérieLe club Lumni, les extraits

Le club Lumni, les extraits