Mémoires de guerre

Snap Ton Bac
Publié le 08/02/18Modifié le 12/11/19

Sur le même sujet

Retour sur l'évolution des mémoires de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre d'Algérie

Après la Seconde Guerre mondiale, la France tente de faire oublier toute mention de la collaboration entre Vichy et les nazis, elle se présente comme majoritairement résistante. Les victimes sont peu évoquées et le sort des Juifs est, à cette époque, mis de côté. Leurs mémoires commencent à se développer dès 1961 avec le procès Eichmann, un dirigeant nazi, responsable de déportations juives. La mémoire commence à changer après la sortie du livre de l'historien Robert Paxton, La France de Vichy, en 1973 dans lequel il décrit le choix de la France de Vichy de collaborer. Deux procès très médiatisés changent le regard de la population sur la Shoah, celui de Klaus Barbie, officier SS, en 1987 et de Maurice Papon, complice dans la persécution des Juifs, en 1997. Jacques Chirac sera le président à reconnaître la collaboration de la France en 1995. 

En 1962, avec les Accords d'Evian, l'Algérie devient une nation indépendante après la plus douloureuse guerre de décolonisation qu'ait connue la France. Le Front de libération national (FLN) prend alors le pouvoir. Principalement composé de militaires, il maintient de souvenir de la violence française pour conserver le pouvoir. En France, la mémoire de cette défaite est honteuse, tout est fait pour oublier la guerre. Dans les années 1980, les enfants d'immigrés algériens et de pieds-noirs cherhchent à découvrir leurs origines. Si la guerre d'Algérie commence à être étudiée au lycée, elle ne sera officiellement reconnue qu'en 1999.

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2017

Année de production : 2017

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :