Réseaux sociaux : le monde est-il si petit ?

icone menu

Allo, la Hotline ?

Publié le 14/06/19Modifié le 06/11/19

Sur le même sujet

Comment fonctionnent les réseaux sociaux  ?

Qu'est-ce qu'un graphe ?

Pour représenter des réseaux, qu'ils soient routiers, téléphoniques ou sociaux, on utilise des graphes. Ce sont des objets mathématiques assez simples constitués de sommets, par exemple des villes, et d'arêtes, par exemple les routes qui les relient. Pour les réseaux sociaux, c'est pareil. Le sommet, c'est la personne, et l'arête, leur relation. Il est aussi possible de qualifier cette relation. Quand on est ami, la relation va dans les deux sens, comme dans Facebook. Mais lorsque la relation va dans un seul sens, comme dans Twitter, on parle de graphe orienté.

L'algorithme du réseau social qui calcule le chemin entre les utilisateurs est le même que celui qu'on utilise pour le calcul d'itinéraire, sauf que là, on ne calcule pas des distances entre les villes mais des distances entre les gens. Un plus court chemin entre deux sommets d'un graphe est un chemin qui passe par le moins de sommets intermédiaires. Il peut y avoir plusieurs chemins. Pour un graphe, on peut calculer ce qu'on appelle un diamètre : c'est la distance maximale entre deux sommets du graphe. Sur les réseaux sociaux, les graphes ont des petits diamètres. Bien qu'il y ait beaucoup de personnes dans le réseau, la distance maximale entre elles est petite. On parle d'ailleurs de graphe « petit monde ».

La théorie des 6 degrés de séparation

Ce concept a fait l'objet d'une expérience en 1967, par Milgram, aux États-Unis : les 6 degrés de séparation. Une hypothèse, qui date des années 20, voudrait que chaque personne serait à 6 poignées de main de n'importe quelle autre personne sur la planète. Facebook a rétréci le nombre de poignées de main : la proximité est facilitée du fait que, souvent, les utilisateurs de Facebook se connaissent à peine, voire pas du tout, pour peu que ce soit le site qui leur ait suggéré de rentrer en contact au vu de leurs connaissances communes.

L'effet bulle de filtrage

En réalité, les internautes ont bien plus de connexions de proximité que de contacts avec des gens vivant à l'autre bout du monde, donc des connexions avec des gens qui leur ressemblent et qui pensent à peu près la même chose qu'eux. Vu que les informations présentées sont conditionnées par le choix des amis, on ne peut pas dire qu'on ait accès à d'autres points de vue.
 

Réseaux sociaux, tous accros ?
Tout au long de la journée, un utilisateur moyen passerait un peu plus de 2 heures et 19 minutes sur les réseaux sociaux. Découvrez comment les ingénieurs de la Silicon Valley n'ont rien laissé au hasard pour rendre les les plateformes addictives.