Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche

racisme

Quand on travaille au niveau de l’individu, la discrimination n’existe quasiment pas. Mais dès qu’un groupe se constitue, la discrimination apparaît. Des études ont été faites à ce sujet…

 

« On a pris des personnes de même origine, du même âge,... et on les a classées de manière aléatoire dans deux groupes, l’un « bleu » et l’autre « rouge ». À partir de là, la discrimination s'est installée. Or, la différence entre ces gens était uniquement la couleur du groupe dans lequel ils avaient été placés.

Ceci s'explique par la « théorie de l'identité sociale » : ainsi, à partir du moment où je me place dans un groupe, je prends l'identité du groupe. 

  • Si mon groupe est valorisé positivement, mon identité sociale sera positive. Du coup, comme je dépends d’un bon groupe, j’ai tout intérêt à valoriser, à défendre, mon propre groupe. C’est la première étape de la discrimination.
  • Ensuite, pour gagner la compétition entre groupes, je peux faire en sorte de dévaloriser l’autre groupe. C'est la deuxième étape de la discrimination.

Il faut savoir que tous les groupes accèdent à la première étape pour tenter de se valoriser. En revanche, tout le monde ne franchit pas la deuxième étape. » 

Publié le 03/02/14

Modifié le 21/02/20

Retrouve ce contenu dans :