vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Français14:10

A Villequier

« Les Contemplations » de Victor Hugo

Poème de la résurrection, à travers ce texte long, d’une fluidité sidérante, Hugo revient à la vie. Le deuil l’avait achevé, désormais il est en mesure d’écrire : «  Je reprends ma raison devant l’immensité ». Le désir du poème et de la vie a surpassé le désir de mort formulé dans Veni, vidi, vixi. De plus, le poète révolté renoue avec le Dieu abscons : « Je viens à vous, Seigneur, père auquel il faut croire » et l’on comprend ici ce qui rendra Baudelaire passablement ironique. La mort débouche sur la vie, elle n’est qu’un passage : «  Et ce qu’ici-bas nous prenons pour le terme/Est le commencement ». Hugo s’en remet à la volonté de Dieu et au sort misérable que celui-ci lui a réservé. Qu’importe, il y puisera sa force poétique matinée de mélancolie. Son malheur fera sa gloire, le génie boira à la source du chagrin : « l’immuable harmonie/Se compose des pleurs aussi bien que des chants ». Ainsi, l’un des plus grands poètes du XIXe siècle aura su transformer sa douleur en destin, qui, dans un mouvement de rébellion sublime, devient la condition du génie : « Il faut que l’herbe pousse et que les enfants meurent;/Je le sais, ô mon Dieu ! » Or, la soumission est une ruse : elle devient allant nouveau, regain de vie, moyen de d’anéantir la douleur imposée par le ciel. Hugo confesse donc sa colère, ses doutes, et conjure Dieu de l’accompagner dans sa quête. Car le poète admet que Dieu est l’unique condition d’un dialogue avec sa fille et que et le nier reviendrait à nier la possibilité des retrouvailles outre-tombe. 

 

Avec la voix de Jacques Weber.

Producteur : France tv studio

Publié le 04/05/20

Modifié le 25/06/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par