Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

icone play

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Enseignement moral et civique03:10

Comment sont financés les partis politiques ?

Decod'actu

Entre les meetings, les campagnes électorales et le fonctionnement quotidien, la vie d’un parti politique coûte cher.

Comment se financent les partis politiques en France ?

Les partis politiques ne sont pas des entreprises mais des associations. Pour fonctionner, ils peuvent compter sur deux types de ressources : les financements privés, et les financements publics.

(En 2020, les partis politiques ont reçu plus de 66 millions d’euros d’argent public, et 100 millions d’euros de financements privés.)

Les financements privés sont de plusieurs ordres. Il y a d’abord les cotisations annuelles des militants et ensuite les dons ponctuels, qui sont très encadrés. Leur somme ne peut pas excéder 7 500 euros par personne et par an.

Une part importante des financements privés provient aussi de la contribution des élus. Maires, députés, sénateurs, reversent en effet une part de leur rémunération à leur parti. Le nombre d’élus est donc souvent vital pour les partis politiques.

Jusqu’en 1988, l’État ne donnait pas un centime à la vie politique, excepté pour l'impression des bulletins de vote et les affiches officielles de campagne. Mais les scandales  liés au financement illégal des partis qui éclatent dans les années 1980 vont inciter l’État à changer les règles du jeu.  

Que prévoit la loi depuis 1988 ? 

La loi prévoit désormais un financement public accordé aux différents partis, en fonction de deux critères : le nombre de parlementaires, et les résultats aux élections législatives.  Et il y a des règles à respecter : Les Républicains et la France Insoumise ont par exemple vu leur financement public pénalisé parce qu’ils n’avaient pas respecté la parité hommes-femmes sur leur liste aux législatives.

L’État participe enfin au financement et au remboursement des campagnes électorales, en fonction de certains critères. Pour le scrutin présidentiel, le candidat doit ainsi avoir atteint 5 % des suffrages.

Ses dépenses sont plafonnées et une commission spéciale examine ses comptes. Et gare à lui s’il ne respecte pas les règles ! Elle a par exemple invalidé les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, candidat à l’élection présidentielle en 2012.

Des financements français nettement inférieurs aux financements américains

L’ordre de grandeur des financements de campagnes électorales en France reste néanmoins dérisoire quand on le compare au grand frère américain. En 2017, 74 millions d'euros ont été dépensés en France pour l’élection présidentielle, tous candidats confondus. Loin, très loin derrière les 2,17 milliards de dollars dépensés pour l’élection américaine de 2016.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Arnaud Aubry

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2020

Année de production : 2020

Année de diffusion : 2020

Publié le 25/06/20

Modifié le 30/06/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par