« La Bouée rouge », de Paul Signac

1 minute au musée
Publié le 13/08/19Modifié le 04/12/19

Sur le même sujet

Saint-Tropez au tournant du XXe siècle

Paul Signac, passionné de navigation, a souvent peint les bords de mer et les ports, ici celui de Saint-Tropez. Avec La Bouée rouge, Saint-Tropez, Signac signe, en 1895, l’une de ses plus grandes toiles néo-impressionnistes. La technique relève presque du pointillisme

 

Nabi : Au secours ! Y’a un marin qui s’est noyé !

Rafaël : Où tu vois, ça ?

Nabi : Ben là, t’es bigleux ! Regarde, y’a plus que son chapeau ! Faut appeler le samu !

Rafaël : Asticot ! Y’avait pas de samu en 1895 ! Et en plus, c’est pas un chapeau de marin, c’est une bouée !

Nabi : N’importe quoi, une bouée, c’est pas comme ça, la mienne, elle est ronde avec une tête de canard !

Rafaël : T’es lourd ! On est dans un port, à Saint-Tropèze, c’est une bouée pour amarrer les bateaux !

Mona : T’es sûr que c’est un port ? Y’a pas beaucoup de détails !

Nabi : Ouais, on dirait qu’on voit d’abord les couleurs et après les choses, c’est pas normal…

Rafaël (docte) : C’est parce que Signac…

Mona (coupant Rafaël) : En plus, l’eau, elle est même pas bleue…

Nabi : C’est les reflets qui font ça !

Rafaël (insistant pour prendre la parole) : Normal, Signac…

Mona : Y’en a vachement, c’est plein de petites couleurs qui se cognent les unes contre les autres !

Nabi : Y’a aucune couleur qu’est entière ! C’est que des petits bouts…

Rafaël (s’énervant) : Ouais !!! C'est parce que Signac…

Mona : Eh, tu nous saoules avec ton Signac ! C’est qui celui-là ?

Rafaël : Le peintre ! C’était un divisionniste ! C’est pour ça que les couleurs sont séparées comme ça ! Comme une mosaïque !

Nabi : Eh, on avait compris ! Pas besoin du bouquin.

Réalisateur : Franck Guillou

Producteur : Les Films de l'Arlequin, France 3, Le Musée du Louvre

Année de copyright : 2007

Année de diffusion : 2007

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :