Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche
icone play

Contenu proposé par

sso_title
sso_description
Géographie03:44

La faim dans le monde progresse

Decod'actu

1 humain sur 9 souffre encore de la faim en 2019. La situation s’aggrave pour la 3e année consécutive à cause des conflits, des crises économiques et du changement climatique. Pourtant nous produisons en théorie assez de nourriture pour nourrir toute la planète. Comment expliquer ce paradoxe ?

Comment définir « la faim dans le monde » ?

Les agences des Nations unies distinguent deux phénomènes.

- La sous-alimentation. C’est-à-dire le fait de ne pas manger suffisamment de nourriture pour être en bonne santé et mener une vie active. En 2018 elle touchait 820 millions de personnes, soit 10,8 % de la population mondiale. Elle retrouve quasiment son niveau d’il y a 10 ans alors qu’elle avait régressé entre 2005 et 2015.

- La malnutrition, appelée également insécurité alimentaire modérée. Il s’agit de l’impossibilité d’accéder régulièrement à une nourriture saine et équilibrée. Ce qui peut entraîner des problèmes de surpoids ou d’obésité. Et des risques de retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans.

Si l’on considère la faim de façon large, en comptant les personnes souffrant de sous-alimentation et celles sujettes à l’insécurité alimentaire, 2 milliards d’individus sont touchés dans le monde. Soit plus du quart de la population mondiale !

Quels sont les pays les plus concernés ?

La faim progresse particulièrement en Afrique, mais aussi en Amérique Latine et en Asie.

La hausse observée ces dernières années touche en majorité les pays « émergents » et pas uniquement les « moins avancés ». 8 pays  (le Soudan, le Soudan du Sud, la Syrie, le Yémen, le Nigéria, la République Démocratique du Congo, l'Ethiopie et l'Afghanistan)  concentrent à eux seuls les deux tiers du nombre total de personnes sous-alimentées.

Quelles sont les causes qui entrainent la sous-alimentation et la malnutritution ?

- Les conflits armés. En 2017, plus de la moitié des personnes sous-alimentées vivaient dans des pays en guerre. Au Yémen, la faim est même utilisée comme une arme de guerre. L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis y ont bombardé des fermes, des marchés, des bateaux de pêche, des réservoirs d’eau potable, pour déstabiliser l’approvisionnement en nourriture. 

- Le dérèglement climatique. Innondations, sécheresses et tempêtes tropicales sont plus intenses et nombreuses. Elles déstabilisent les productions agricoles.

- Les crises économiques, les inégalités et la pauvreté. L'ONU préconise donc, entre autres, de garantir l’accès à la protection sociale pour l’ensemble de la population. En 2 ans, le Brésil a par exemple divisé par près de 5 la prévalence de la sous-alimentation grâce au développement de l’éducation, des soins, et en réduisant les inégalités.

- Le modèle économique est aussi en cause. 80 % des pays où la faim a augmenté sont tournés vers la monoculture ou les exportations plutôt que vers des cultures de subsistance.

Il y a urgence à enrayer la faim. Car d’ici 2050 la planète pourrait compter 3 milliards de personnes supplémentaires à nourrir.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Delphine Tayac

Producteur : France Télévisions

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Année de diffusion : 2019

Publié le 05/12/19

Modifié le 05/12/19

arrow
voir plus