Vidéo : Mars : la petite sœur de la Terre

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Sciences et technologie14:12Publié le 20/04/2021

Mars : la petite sœur de la Terre

C Jamy, les extraits

Mars, la planète rouge, la 4e planète du système solaire, est dix fois moins massive que la Terre. Plus précisément, sa surface s’étend sur 145 millions de km2, soit un peu moins que la surface de l’océan Pacifique.

Les questions-réponses de Jamy et ses chroniqueurs, avec Thomas Pesquet le spationaute français.

Pourquoi compare-t-on Mars à la Terre ?

Comme la Terre, Mars est une planète tellurique, composée de roches et de métaux. Sa couleur rouge si caractéristique, vient de son sol très riche en oxyde de fer, un composé présent dans la rouille. Mais surtout, la planète Mars a été en quelque sorte la jumelle de la Terre : d’abord elle s’est formée en même temps que la Terre, il y a 4,6 milliards d’années. Durant un milliard d’années, elle a bénéficié d’un climat humide et tempéré, avec des températures positives et de l’eau liquide à sa surface. Mars a aussi connu une forte activité volcanique et son paysage ressemble beaucoup à celui de la Terre : c’est d’ailleurs là-bas que se trouve le plus haut volcan du système solaire, le mont Olympe et ses plus de 21 km de hauteur ! C’est presque trois fois la taille de l’Everest.

Quelles sont les différences entre Mars et la Terre ?

Il y a 3,5 milliards d’années, des mécanismes complexes ont transformé Mars en désert inhospitalier. A cause d’une pression atmosphérique devenue très faible, la planète a perdu ses océans qui se sont évaporés. Son atmosphère a aussi subi cette chute de pression et a fini par disparaître, au profit d’une fine couche irrespirable. Parallèlement, Mars s’est refroidie peu à peu et ses volcans se sont éteints. Pas question de s’y promener !

Pourquoi aller sur Mars ?

Mars est la planète la plus convoitée du système solaire, les Etats-Unis, la Chine, l’Inde, l’Europe et même les Emirats arabes unis s’y bousculent, pour trouver des traces de vie passée.

Les recherches des Américains n’ont rien donné pour le moment, mais les preuves irréfutables que l’eau y a coulé laissent planer l’espoir de trouver quelque chose. Ce n’est pas le seul indice d’une vie passée sur Mars. La présence de méthane dans son atmosphère est une piste que l’Inde suit. Quant aux Emirats arabes unis, c’est l’atmosphère de Mars qui les intéresse ; la sonde Al-Amal réalise une analyse complète de l’atmosphère martienne. La Chine espère combler son retard sur les Etats-Unis. Son robot devrait fouler Mars sous peu. Elon Musk, le milliardaire américain souhaiterait coloniser la planète : il envisage l’arrivée des premiers humains sur Mars aux alentours de 2024 et voudrait construire une cité pour accueillir jusqu’à un million de personnes.

Quand partir sur Mars ?

En 2021, pas moins de huit engins se trouvent en orbite autour de la planète rouge. Et si tout le monde a choisi le même moment pour se rendre sur Mars, c’est qu’on ne peut pas partir n’importe quand. Il y a des « fenêtres de tir ». Le bon moment, c’est ce qu’on appelle « l’opposition », un alignement spécifique de la Terre, du Soleil et de Mars. En effet, la distance qui sépare les deux planètes varie sans cesse. Bizarrement, il ne faut pas partir quand elles sont au plus proche. Au moment du départ, les deux planètes sont très loin l’une de l’autre, mais comme elles se déplacent sur leur orbite, elles finissent par se rapprocher. Cette fenêtre de tir idéale se produit tous les vingt-six mois.

Peut-on vivre sur Mars ?

 Vivre sur Mars : il y a au moins cinq bonnes raisons de ne pas s'installer sur Mars : 

  • L’atmosphère irrespirable : sur Terre, l’air est composé de 21% d’oxygène. Sur Mars on passe à 0,13% d’oxygène pour 96% de dioxyde de carbone. Sans scaphandre, l’homme tomberait immédiatement dans le coma.
  • La température : sur Mars il fait -63% et la nuit elle peut descendre jusqu’à -143 degrés.
  •  Il y a de l’eau sur Mars mais pas partout… sur les calottes glaciaires, au niveau des pôles, ou dans le sol sous forme de glace.
  • Les rayons ultraviolets et gamma du soleil ne sont pas arrêtés, comme sur Terre par l’atmosphère. Pas de champ magnétique non plus contre les rayons cosmiques.
  • Se déplacer à pied sur Mars est très compliqué.

Voyager vers Mars : un super confinement !

Il y a dix ans, on a simulé une mission sur Mars, baptisée « Mars 500 ». Ses résultats sont toujours d'actualité.

Six volontaires venus de France, de Chine, d’Italie et de Russie, ont vécu dans la reproduction d’un vaisseau spatial basé à Moscou. Ca ressemblait à un grand bus sans fenêtres, coupé du monde extérieur. Ils y sont restés 520 jours. Cette expérience révèle des effets psychologiques qui ne sont pas inconnus. Le premier : la perte de repères. Le rythme est bousculé. Les candidats se couchent de plus en plus tard. Ils ne savent plus s’il fait jour ou nuit. Le deuxième effet : le stress de l’enfermement. Plus le temps passe, et plus l’isolement est de plus en plus dur à supporter. A tour de rôle, les membres de l’équipage vivent des moments de stress, de lassitude.

Pour lutter contre les effets de cet enfermement, trois conseils :

  • la motivation : pour le rendre plus supportable, ce confinement doit avoir un sens. Les candidats savaient pourquoi ils étaient là, ils le faisaient pour la science.
  • les occupations : les candidats étaient constamment stimulés, avec toujours des activités à faire, travailler, jouer de la musique, lire, regarder des films, pour éviter de s’allonger sur leur lit et broyer du noir.
  • Le contact social extérieur : garder le contact avec leur famille et leurs amis via internet. Nous sommes avant tout des êtres sociaux. Ce qui peut nous aider à mieux supporter un confinement : maintenir une relation avec l’extérieur.

Qu'est-ce qu'une paréidolie ?

Vous avez peut-être déjà observé Mars avec un télescope et vous avez peut-être vu... un visage, ou en tout cas une forme qui  ressemble à un visage. On pourrait même croire que ça a été fait exprès, d’où l’idée d’une vie sur Mars. Mais c’est une illusion d’optique, une paréidolie.

En 1976, la sonde Viking 1 prend une photo de la région de Cydonia. Tout le monde remarque une grosse formation rocheuse en forme de visage. Les rumeurs vont bon train : complot de la NASA, vie extra-terrestre dissimulée, tout est envisagé. Certains voient les vestiges d’une civilisation martienne, avec cités, forteresses et pyramides. En 1998, la NASA profite du passage de la sonde Mars Global Surveyor pour prendre de nouveaux clichés où l’on voit une formation rocheuse fortement érodée. C’était un jeu de lumière, d’angle de vue et de mauvaises résolutions qui ont donné à la roche cette apparence de visage. C’est le phénomène de la paréidolie, lorsque l’on pense reconnaître une forme connue dans un objet qui n’a rien à voir. 

 

Retrouvez le jeu sur le système solaire

 

© Crédits archives : ASE / AURIMAGES / CNES © EQUIPAGE ESA – MARS 500 NASA © JPL – UNIVERSITY OF ARIZONA / HEMIS / © IBM O.VOLOSHIN / / NASA © JPL-CALTECH PIXABAY / SCIENCE PHOTO LIBRARY/ SHUTTERSTOCK / SKETCHFAB / DR

Producteur : Elephant Adventures

Année de copyright : 2021

Année de production : 2021

Année de diffusion : 2021

Publié le 20/04/21

Modifié le 16/09/21

Ce contenu est proposé par