« Antonia », d'Amedeo Modigliani

1 minute au musée
Publié le 12/08/19Modifié le 04/12/19

Sur le même sujet

Un visage rond et une inspiration cubiste

Ce portrait, peint par Amedeo Modigliani, est traditionnellement daté de 1915. Le visage de la femme, qui s’appelle Antonia, est encore une fois très simplifié et ressemble à un masque. Avec son cou en forme de cylindre, elle rappelle les toiles cubistes de Picasso, dans lesquelles l’artiste espagnol utilise des formes simples pour représenter les objets. 
Antonia est ici représentée de manière frontale, les bras croisés. Elle pose assise devant un fond géométrique, qui est en fait une fenêtre. Le contour arrondi de son visage et son cou en forme de cylindre sont animés par quelques procédés issus du cubisme. Le nez a une ligne double, tandis que le dessin différent des oreilles et des deux côtés de la chevelure suggère une représentation à la fois de face et de profil.

 

Mona : Eh ben, elle fait sa mystérieuse, celle-là…

Nabi : Elle s’appelle Modigliani ?

Rafaël : Patate, c’est le nom du peintre ! Elle c’est Antonia, en plus c’est marqué, là !

Mona : On voit pas ses yeux, ils sont tout verts…

Nabi : C’est pour lancer des lasers, ça lui fait un regard qui tue…

Rafaël : Des lasers en 1915, n’importe quoi…

Mona : Ils sont quand même bizarres ses yeux, on se demande à quoi elle pense…

Nabi : Et le cou, on dirait une femme girafe ou une statue, tellement elle est raide…

Mona : C’est malin, peindre une statue, il aurait mieux fait de sculpter tout de suite…

Rafaël : Aaah, mais il l’a fait, Modigliani était aussi sculpteur !

Mona : Quand même, il est super sombre ce tableau, il devait être triste ce Modigliani…

Rafaël : Eh non, c’était un bon vivant, il avait plein d’amis peintres… mais il était pauvre avec une santé fragile. Il est mort à 35 ans…

Nabi : C’est vieux ou c’est pas vieux, 35 ans ?

Mona : Quand même, j’aimerais bien savoir à quoi elle pense…

Nabi : Ben, elle se dit pareil en te regardant :  mais à quoi elle pense celle-là ?…

Réalisateur : Franck Guillou

Producteur : Les Films de l'Arlequin, France 3, Le Musée du Louvre

Année de copyright : 2007

Année de diffusion : 2007

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :