icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

Regarde cette vidéo et gagne facilement jusqu'à 15 Lumniz en te connectant !

Il n’y a pas de Lumniz à gagner car tu as déjà consommé cet élément. Ne t'inquiète pas, il y a plein d'autres contenus intéressants à explorer et toujours plus de Lumniz à gagner.

->   En savoir plus
Éducation aux médias07:12Publié le 11/12/2023

Découvre la photo de presse avec Boris Allin

En quête d'images Junior

😉Boris Allin, alias Boby, se présente comme étant devenu photographe par fainéantise. 📷Plus facile pour lui de faire des photos que d'écrire. Il est photographe de presse écrite, notamment pour le quotidien Libération. Il a suivi les manifestations des gilets jaunes, mais aussi la tournée de Bigflo et Oli. Et oui, celui qui, petit, n'a jamais rêvé d'être photographe, est ravi de l'être depuis qu'il est grand ! Avec lui, tu vas découvrir ses photos avec un œil de journaliste.

3 questions à Boris Allin, photographe de presse 

  • Qu'est-ce que tu préfères photographier ?

Ce que je préfère, c'est les photos de manifestations, parce que c'est assez libre, il se passe plein de choses.

  • Est-ce que tu retouches tes photos ?

Alors, en effet, je retouche un petit peu. Il y a la retouche esthétique, pour réhausser les couleurs, c'est-à-dire rajouter du contraste, des saturations, pour que ce soit plus joli. Et après il y a la retouche, on va dire grossièrement Photoshop, pour enlever des trucs, et alors ça en journalisme c'est interdit.

  • Qu'est-ce que tu emportes pour faire des photos ?

Alors déjà j'amène un appareil photo. Comme des fois, ça peut être un peu violent, je prends un casque. Il y a un petit brassard, où il y a marqué « photographe de presse ». Et ce dernier objet, c'est un masque à gaz qui recouvre l'entièreté de mon visage. Comme ça, même quand il y a des gaz, hop je peux passer à travers, et je fais mes photos. 

La photographie de presse dans les manifs

Le book de Boris Allin et le décryptage de photos prises pendant des manifestations.

  1. 📷Un groupe de CRS (Compagnies républicaines de sécurité) casqués et armés de boucliers.💙 Au 1er plan, on voit un bouclier avec un cœur au milieu. On se doute que la photo été prise pendant une manif. Mais on ne s'attend pas à un cœur sur un objet de défense. Si on regarde de plus près, on voit de la couleur rouge sur la chaussure d'un CRS. Ce détail permet de rappeler qu'il y a eu des répressions. Sur la photo, c'est comme si le bleu de la police écrasait les manifestants.
  2. 📷Un couple s'embrasse dans la rue. Mais au 1er plan, on voit un panneau publicitaire brisé. On est bien dans une manif. Boris a trouvé que ce panneau brisé ferait un beau cadre pour une photo. Il a donc attendu... peu de temps en fait... au bout de 30 secondes, un couple est arrivé et s'est embrassé. Sur cette photo, cela donne une lueur d'espoir... Pour la publier, est-on obligé de demander l'autorisation aux personnes photographiées ? Ce que l'on appelle le droit à l'image. En fait, ce qui prévaut dans le cas d'une photo de presse, d'autant plus dans un reportage sur une manifestation, c'est le droit à l'information. Il l'emporte sur le droit à l'image, cela permet d'utiliser la photo sans demander forcément l'accord des personnes.
  3. 📷La photo-mystère : prise pendant les manifs contre la loi sur les retraites. Il y a beaucoup de couleurs orange. Au 1er plan, un homme est assis dans un restaurant. En arrière-plan : des manifestants avec des gilets orange. C'est comme si la photo était coupée en 2. Quel est le décryptage ? En fait le restaurant est fermé à cause de la manif. L'homme est en train de faire les comptes. La photo est prise à l'extérieur du restaurant : en fait, Boris s'est collé à une grande baie vitrée qui a réfléchi toute la scène. Dans sa silhouette apparaît l'homme assis à l'intérieur, et à côté, en même temps, il y a la manifestation. Il n'y a aucun photomontage !

👉Retrouve toutes les vidéos d'En quête d'images Junior.

Réalisateur : Raphaël Duvernay, Marjorie Lafon

Nom de l'auteur : Sébastien Legay, Caroline Gauthier

Producteur : France TV presse

Année de copyright : 2023

Année de production : 2023

Année de diffusion : 2023

Publié le 11/12/23

Modifié le 15/12/23