Vidéo : Compiègne-Royallieu : le camp de la mort lente

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire04:37Publié le 13/04/2022

Compiègne-Royallieu : le camp de la mort lente

La rafle des notables

A Compiègne, au camp de Royallieu, les prisonniers sont affamés pendant des semaines, pour mourir de faim et d’épuisement. Jean-Jacques Bernard, rescapé de cet enfer, décrira Compiègne-Royallieu comme le camp de la mort lente.

Mourir à petit feu

Alors que les famines n’existaient plus en France depuis un siècle, les prisonniers de Compiègne sont volontairement affamés par leurs tortionnaires nazis.

« Là va commencer une dégénérescence progressive des corps et des esprits, liée au manque de nourriture qui ne va que s’aggraver avec le temps ». Dans une lettre écrite à sa femme, l'un des prisonniers dit même avoir maigri des os. Le froid vient s’ajouter à la faim, dans cette région où le thermomètre peut descendre jusqu’à -20 degrés. Les Allemands installent dans chaque baraquement un poêle, où le feu n’est autorisé que pendant deux heures chaque jour. Au premier mois, les prisonniers meurent par dizaines d’infection ou d’épuisement. 

 

► Pour en savoir plus, découvrez : Compiègne : le premier camp de concentration français

Réalisateur : Gabriel le Bomin

Producteur : 10.7 Productions, avec la participation de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et le Ministère des armées (direction des patrimoines de la mémoire et des archives)

Année de copyright : 2022

Publié le 13/04/22

Modifié le 22/04/22

Ce contenu est proposé par

Mes favoris !
Nouveau :
Reprise de lecture
Mes favoris !
Retrouve cette vidéo sur
ta page « Mes favoris »
Envie d'y mettre plus de 3 contenus ? Rien de plus simple, il suffit de créer ton compte !
J'ai déjà un compte
Nouveau :
Reprise de lecture
Crée ton compte pour reprendre la lecture de cette vidéo facilement !
Retrouve cette vidéo dans Mon historique pour reprendre sa lecture quand tu le souhaites !