icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions

Regarde cette vidéo et gagne facilement jusqu'à 15 Lumniz en te connectant !

Il n’y a pas de Lumniz à gagner car tu as déjà consommé cet élément. Ne t'inquiète pas, il y a plein d'autres contenus intéressants à explorer et toujours plus de Lumniz à gagner.

->   En savoir plus
Physique-chimie05:37Publié le 07/11/2022

Les sons de l'Océan

Tout sur ta mer

L'Océan est loin d'être un monde silencieux car l'eau propage beaucoup mieux le son que l'air. Dans l’eau, les sons voyagent 4 fois plus vite et leur intensité dure beaucoup plus longtemps. On peut donc les entendre de beaucoup plus loin !

Comment mesurer le son ?

Le son se mesure selon deux unités :

  • La puissance sonore est mesurée en décibels.
  • La fréquence permet de déterminer si un son est aigu ou grave. Elle se mesure en hertz (Hz). L’oreille humaine est capable d’entendre des sons compris entre 20 hertz pour les plus graves et 20 000 hertz pour les plus aigus.

Les sons de la mer et de l'océan

  • Le plus mélodieux est sans aucun doute le chant des baleines. Il peut s’entendre à plus de 1000 km de son point de départ et atteindre 190 décibels, soit le bruit d'un avion au décollage ! On suppose qu’il sert aux baleines à communiquer entre elles, car elles se trouvent souvent très éloignées les unes des autres. Cela peut être un chant de séduction des mâles pour attirer les femelles ou un chant annonciateur du départ pour les grandes migrations.
  • Les dauphins et les orques ont toute une panoplie de sifflements et de clics pour communiquer. Ils sont équipés d’un sonar, c’est un organe qui leur permet, grâce aux sons qu’ils émettent, de se localiser entre eux ou de partager des informations sur l’emplacement de bancs de poissons.
  • Le mérou, quand il perçoit un danger et veut éloigner un prédateur, émet un grognement. Il fait ce son grâce à un organe propre au poisson : la vessie natatoire, qui lui permet aussi de flotter à la profondeur désirée.
  • Les crustacés font claquer leurs pinces, comme le homard, ou frottent leurs antennes, comme la langouste.

La bioacoustique, l'étude des sons 

Les sons sous-marins sont étudiés par des scientifiques spécialisés : les bioacousticiens.  Ils réalisent des enregistrements des écosystèmes marins à l’aide d’un hydrophone. C’est un micro étanche qui capte tous les sons : celui des vagues sur les récifs, les crissements du sable qui roule avec les courants et les bruits de tous les êtres vivants qui y habitent. Chaque écosystème possède une signature sonore spécifique :

  • Dans le récif corallien, les poissons émettent des sons compris entre 20 et 2 000 hertz.
  • Les crustacés entre 2 000 et 10 000 hertz.

Grâce à des logiciels d’analyse acoustique, les scientifiques peuvent identifier les poissons qui composent le paysage sonore du récif corallien. Ils se sont même rendu compte que ces paysages sonores pouvaient être un indicateur fiable de la bonne santé d’un écosystème.

Les chercheurs ont prouvé que plus le paysage sonore est bruyant et diversifié, plus il est en bonne santé. Cette intensité sonore invite même les jeunes poissons à venir s’y installer.

Les impacts de la pollution sonore dans l'océan

Mais aujourd’hui les paysages sonores marins sont parasités par un bruit de fond assourdissant : celui des activités humaines. Cette pollution sonore est en grande partie produite par le trafic maritime. Il faut savoir que le bruit des moteurs des bateaux sous l’eau atteint les 110 décibels, l'équivalent du bruit d’un marteau piqueur. C’est 20 décibels au-dessus de ce que les scientifiques appellent le bruit de fond de l’océan.

Ces nuisances sonores ont des conséquences directes pour les dauphins ou les orques qui utilisent le son pour se repérer, trouver de la nourriture, ou avertir leurs congénères en cas de danger. On pense qu’elles pourraient être à l’origine des échouages massifs de cétacés sur les plages. Elles ont aussi un impact sur toute la biodiversité marine. Des études ont démontré que quand le niveau sonore était trop élevé, les moules grandissaient plus lentement, les poissons formaient des bancs plus petits, se reproduisaient moins et se laissaient plus facilement capturer.

Aujourd’hui aucune loi n’existe pour limiter le bruit des bateaux, mais on sait que diminuer la vitesse des navires marchands les plus bruyants et améliorer leur conception pourraient permettre de réduire le bruit qu'ils génèrent.

A retenir

L'Océan n'est pas un monde de silence. Les bioacousticiens sont des scientifiques qui étudient les paysages sonores sous-marins. Pour eux, les sons de l'Océan sont un indicateur fiable de la bonne santé d’un écosystème. Les chercheurs ont prouvé que plus le paysage sonore est bruyant et diversifié, plus il est en bonne santé. Cette intensité sonore invite même les jeunes poissons à venir s’y installer.

► Découvrez tous les épisodes de la série Tout sur ta mer.

Réalisateur : Noëlie Pansiot

Nom de l'auteur : Laura Farrenq, Philippe Alleaume

Producteur : Gédéon Programmes, Nausicaa et Fondation Tara Océan

Année de copyright : 2022

Année de production : 2022

Année de diffusion : 2022

Publié le 07/11/22

Modifié le 23/11/22

Ce contenu est proposé par