Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

Pourquoi des journalistes vont dans des pays en guerre ?

1 jour, 1 question
Publié le 26/01/18Modifié le 04/02/20
sso_title
sso_description

Certains journalistes – les reporters de guerre – vont enquêter sur les lieux des conflits pour raconter ce qu’il s’y passe. Mais travailler au milieu des combats, c’est risqué. Rien qu’en 2017, 52 journalistes ont été tués dans le monde. Et des centaines sont emprisonnés, pris en otage ou blessés chaque année.

Alors, pourquoi exercer un métier aussi dangereux ?

Ces reporters se rendent dans les pays en guerre pour observer les événements, tenter de comprendre les intérêts de chaque camp et expliquer ce qu'ils ont vu au monde entier. Ainsi, malgré le danger, des reporters vont en Syrie et témoignent de la souffrance de la population et du déroulement des combats. Ils espèrent faire prendre conscience de la réalité de cette guerre et aider à améliorer la situation. Ces reporters sont courageux, mais très prudents. Leurs missions sont organisées en détail : leurs déplacements dans le pays et le choix de leur chauffer par exemple. Une fois au cœur des combats ils portent des casques et des gilets pare-balles, et ils affichent le mot « presse » sur leurs vêtements pour ne pas être pris pour des soldats. Ils communiquent aussi avec leurs collègues restés dans leur pays qui peuvent organiser leur fuite en cas de danger. On considère ces reporters comme des héros, mais eux estiment seulement faire leur métier : informer en toutes circonstances.

Réalisateur : Jacques Azam

Producteur : Milan Presse, France Télévisions

Année de copyright : 2017

Année de production : 2017

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :