La guerre froide génère des conflits, économiques, politiques et militaires au sein de certains pays et régions du monde. Les forces pro-américaines et les forces communistes s'affrontent, avec de plus en plus de craquements entre les régimes communistes. La course à l'Espace est l'occasion pour chacun des blocs de montrer sa puissance.

Des crises et des conflits

  • La Pologne rencontre des problèmes économiques dus à une hausse des prix des produits alimentaires. Des émeutes éclatent. L'église polonaise devient la principale force d'opposition. Malheureusement, le gouvernement réagit par de violentes campagnes antisémites et antireligieuses.
  • A Prague, en 1968 , « Le Printemps de Prague », mené par Alexander Dubcek, veut libéraliser le régime. Il introduit la liberté de la presse, la liberté d'expression et de circulation dans la vie politique et enclenche une décentralisation de l'économie. Il dote le pays d'une nouvelle constitution qui reconnaît l'égalité des nations tchèque et slovaque au sein d'une république désormais fédérale. Cette innovation politique sera la seule à survivre à l'intervention soviétique. L'URSS et les pays du pacte de Varsovie réagissent en envahissant le 21 août 1968 la Tchécoslovaquie. C'est la « normalisation ». Alexander Dubcek est exclu du Parti communiste en 1970 et ne rejoindra la vie politique qu'à la révolution de velours en soutenant Vaclav Havel.
  • La guerre du Vietnam (1964-1975) aggrave les tensions. Les troupes américaines interviennent au Sud Vietnam. Le Nord Vietnam, aidé par la Chine et l'URSS, met en échec les troupes américaines. Le conflit gagne toute l'Indochine : Laos, Cambodge et Vietnam. Les Américains sont battus militairement : Saïgon et Phnom Penh sont prises. Des régimes communistes s'installent dans les trois pays parmi lesquels le régime cambodgien est le plus sinistre.

Les craquements entre régimes communistes s'accentuent. Prennent par exemple leurs distances avec l'Union soviétique dans les années 60 la Chine, l'Albanie et la Roumanie. Mais autonomie vis-à-vis de l'URSS ne veut pas dire libéralisation pour la population.

La course à l'Espace

La course à l'Espace est une parabole de la concurrence que se livrent Américains et Russes pour apparaître comme la première puissance du monde.

L'URSS apparaît d'abord victorieuse. Le 4 octobre 1957, les soviétiques lancent Spoutnik, le premier satellite artificiel mis sur orbite autour de la Terre, conçu par l'ingénieur Sergueï Korolev. Sa seule fonctionnalité a été l'émission d'un « bip-bip » sur une fréquence radio, le signal de Spoutnik, que le monde entier a pu entendre.

Ce lancement fut vécu comme un véritable traumatisme par les États-Unis, plusieurs journaux comparant cet événement à un Pearl Harbor technologique. Il prouvait, selon eux, que les soviétiques possédaient la technologie pour envoyer un missile nucléaire sur le continent américain. Les Russes confirment leur avance. Le 12 avril 1961, Youri Gagarine, devient le premier homme dans l'Espace. Premier cosmonaute de l'histoire, il devient également un héros de l'Union soviétique.

À l'initiative de J.-F. Kennedy, la réaction américaine est puissante.
Ainsi, en juillet 1969, avec la mission Appollo 11, les Américains sont les premiers sur la Lune. Premier événement médiatique, retransmis en mondovision, on estime à 500 millions le nombre de téléspectateurs et d'auditeurs qui ont suivi l'atterrissage et la marche du premier homme sur la Lune : Neil Armstrong.

Cette course à l'Espace, comme celle aux armements, épuise les ressources de l'URSS qui peine dans le domaine agricole, où les sovkhozes (fermes de l'Etat) et les kolkhozes (fermes coopératives) sont un échec et n'améliorent pas la vie quotidienne des habitants. Les plans quinquennaux mis en œuvre ont des résultats très inférieurs aux prévisions.

La « Détente »

L'URSS, face à une situation économique fragile, décide de jouer la « Détente » avec les pays occidentaux. Malgré la propagande, la population civile commence à ressentir le manque, notamment pour l'alimentation. Il est donc important pour l'Union soviétique de réduire son budget militaire. Côté États-Unis, la guerre du Vietnam et les voyages sur la Lune sont deux gouffres énormes dans l'économie de la superpuissance. Il est donc aussi dans leur intérêt de ralentir la production d'armes stratégiques.

Signés à Moscou en 1972 par Nixon et Brejnev, les accords SALT sont un premier traité de contrôle des armements et limitation des armes stratégiques.
Trois ans plus tard, un texte pour la circulation des hommes et des idées est écrit. Cet accord, signé à Helsinki (qui n'est pas un traité au sens juridique du terme) marque la fin de la première conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE). Les principes sont : non-ingérence dans les affaires intérieures des autres États, autodétermination des peuples, inviolabilité des frontières issues de la Seconde Guerre mondiale, coopération accrue et surtout, garantie de la défense des droits de l'Homme (libre circulation des hommes et liberté de la presse).

En 1972, à l'initiative du chancelier allemand Willy Brandt, un traité de reconnaissance mutuelle est signé avec la RDA : c'est l'ostpolitik. mais, la RDA continue toujours ses fortes activités d'espionnage à l'Ouest.

Publié le 15/10/12

Modifié le 02/10/19

Retrouve ce contenu dans :