Vidéo : Hiéroglyphes : les premiers rébus de l'Histoire

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Histoire02:03Publié le 08/07/2022

Hiéroglyphes : les premiers rébus de l'Histoire

C Jamy, les extraits

Les hiéroglyphes sont des inscriptions figuratives : têtes d’animaux, plantes, soleils. Ils forment des phrases gravées sur les édifices et les objets de l’Egypte ancienne.

Champollion perce le secret des hiéroglyphes

Le mot hiéroglyphe vient du grec hieros « sacré », et glyphein « graver ». Il faut attendre le XIXe siècle pour qu’un Français de 31 ans, Jean-François Champollion, déchiffre la pierre de Rosette, une stèle découverte en 1798, en Egypte, par les soldats de Bonaparte. Elle comporte le tout premier texte bilingue grec-égyptien. Un trésor pour les premiers égyptologues.

Champollion publie ses trouvailles en 1822 qui donneront lieu au premier dictionnaire de cette langue.

Comment déchiffrer les hiéroglypes ?

Quelques règles de base, les hiéroglyphes se lisent toujours :

  • de haut en bas.

Mais 

  • parfois de gauche à droite
  • parfois de droite à gauche

Pour le savoir, il faut simplement suivre la direction du regard des têtes d’animaux. Les spécialistes disent qu’il faut lire en allant à la rencontre de l’animal.

  • certains mots sont des idéogrammes, c’est-à-dire que le symbole représente exactement ce qu’il signifie. Par exemple le dessin d’un éléphant, qui se dit abou en égyptien, signifie tout simplement « éléphant »
  • d’autres sont composés de phonogrammes : ce sont des symboles qui renvoient chacun à un son. Le dessin d’écailles de crocodile, qui se dit kem en égyptien, correspond au son « kem ».

Crédit images : © PIXABAY / SHUTTERSTOCK 

Producteur : Elephant Adventures

Année de copyright : 2022

Année de production : 2022

Publié le 08/07/22

Modifié le 11/07/22

Ce contenu est proposé par