vidéo suivante

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Histoire04:11

La vie politique à Pompéi

Pompéi, sur les traces des Romains

En décembre 2018, à Pompéi, les archéologues ont découvert une inscription faite de longues lettres rouges, en dégageant le coin de la rue des Balcons. Il s’agit d’une inscription politique soutenant un candidat. Il n’est pas rare d’en trouver à Pompéi. Plus de 3 000 ont été recensées ! « Élisez Lucius Celsius Albucium, un homme bien digne de l’état ! » Mais qui est cet Albucium  ?

Comment fonctionnait la politique à Pompéi ?

Pour être élu, il fallait être un citoyen donc ni un esclave, ni une femme, ni un étranger et être âgé d’au moins 25 ans. Le candidat devait également être suffisamment riche pour payer une somme d’inscription à la collectivité. Il devait respecter les intervalles entre les mandats et être inscrit sur les listes officielles de candidature, c’est ce qu’on appelait la dignitas. Si toutes ces conditions étaient remplies, il faisait campagne avec des affiches et des slogans. Le candidat revêtait une toge entièrement blanche, symbole de sa pureté. Le mot même de candidat signifie « blancheur ». Il venait ensuite présenter son programme sur la place centrale de la ville : le forum.

Les institutions de la Rome antique

A Pompéi, quelles étaient les charges politiques ? Comme dans toutes les cités romaines, en dehors de Rome, Pompéi était régie par trois organes de gouvernement :

  • l’assemblée populaire qui réunissait tous les citoyens qui votaient pour les différents candidats qui se présentaient,
  • le conseil,
  • les magistrats.

Les magistrats étaient au nombre de quatre, élus par paires. Il y avait les duumviri juridicundo chargés de la justice de la cité et qui veillaient aux finances publiques. C’était eux qui présidaient l’assemblée et le conseil. Puis, il y avait les duumviri aediles responsables de l’entretien des rues, des édifices publics, du contrôle des marchés et de l’organisation des jeux du cirque.

Une République oligarchique

Tous les cinq ans, une élection à une magistrature particulière avait lieu : c’était les quinquennales. Cet élu, le quinquennale, devait recenser tous les citoyens de Pompéi en s’assurant qu’ils pouvaient toujours payer le cens, une sorte d’impôt qui permettait d’être citoyen. Voilà pourquoi ce conseil existait. Cet organe gérait également les affaires internes de la cité. C’est sûrement pour cette charge que Lucius Celsius Albucium se présentait car l’élection des quinquennales devait avoir lieu en 79 ap. J.-C.

Pour avoir le plus d’influence possible afin d’être élu, les candidats avaient ce qu’on appelait des clients. C’est-à-dire des citoyens libres mais pauvres qui votaient pour eux en échange de nourriture ou de dons matériels. Ainsi, seuls les citoyens les plus riches étaient sûrs d’être élus. La politique chez les Romains était une oligarchie !

A Pompéi, il n’y avait pas qu’un seul dirigeant mais des assemblées. Il y avait toutefois une autre manière de se faire remarquer. Les duumviri aediles devaient payer de leurs poches la création et la restauration d’édifices publics. Ainsi, ils pouvaient faire construire un temple dédié à l’empereur ou organiser des jeux pour le peuple.Cette habitude d’investir des sommes privées pour le bien public s’appelle l’évergétisme. De grands bâtiments luxueux ont ainsi pu être construits et nous sont parvenus. L’élu tirait de l’évergétisme un certain prestige. Mais au-delà des bénéfices en faveur de sa carrière politique, ses actions contribuaient réellement à l’amélioration de la cité.

Réalisateur : Théophile Leylavergne

Producteur : Gedeon Programmes; France Télévisions; Inrap; Réseau Canopé

Année de copyright : 2019

Publié le 25/03/20

Modifié le 25/03/20

arrow
voir plus