Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

Notre-Dame de Paris à l'épreuve de la Révolution française (1789-1840)

Notre-Dame de Paris à travers les siècles
Publié le 16/12/19Modifié le 16/12/19
sso_title
sso_description

A partir de la fin du XVe siècle, au temps de la Renaissance, Notre-Dame est dénigrée. Le terme gothique apparait pour signifier barbare. Le temps des cathédrales est terminé. Désormais, ce que l’on aime, ce sont les palais, avec leurs proportions parfaites ou leur symétrie comme à Versailles.

Au XVIIe siècle, le roi Louis XIII redonne un temps à Notre-Dame sa splendeur. Il place son royaume sous la protection de la Vierge.

Etroitement liée à l’histoire de la royauté, la cathédrale va en subir les conséquences à la Révolution.

A la Révolution française, la monarchie est renversée. Les Révolutionnaires veulent faire table rase du passé, détruire tout ce qui est en lien avec l’Ancien Régime et la royauté.
A partir de 1793, ils s’attaquent à la cathédrale selon un plan de démantèlement très précis.
Commanditées par les autorités, les destructions sont ciblées, chiffrées et consignées dans des documents d’État.
On appelle cela le vandalisme révolutionnaire.
Les cloches de Notre-Dame sont déposées : les révolutionnaires utilisent leur bronze pour fondre des canons.

Les vitraux sont recouverts de peinture noire pour faire disparaitre les fleurs de lys et les couronnes.
Les 28 statues de la galerie des rois sont descellées, jetées à terre, et décapitées.

Les Révolutionnaires veulent aussi faire disparaitre tous les signes de la religion catholique… Pour la remplacer par un culte nouveau. Celui de la Raison.

Le 10 novembre 1793, ils rebaptisent Notre-Dame : Temple de la Raison. Dans la nef, ils construisent un Temple de la Philosophie. 
Une grande fête populaire y est organisée.   
Pendant un moment, Notre-Dame va jusqu’à servir de simple entrepôt pour toutes sortes de marchandises, d’ œuvres d’art et même pour les vins de la République.
Au début du XIXe, Notre-Dame renoue un instant avec les fastes qu’elle avait connus sous l’Ancien Régime.  
Napoléon la choisit pour y être sacré empereur. Le 2 décembre 1804, 15 000 personnes assistent à son sacre sous les voûtes de la cathédrale. L’artiste David peint la cérémonie sur une toile imposante qui montre Notre-Dame rayonnante.

Mais en réalité, la cathédrale se délabre peu à peu. Les années passent et aucun travaux n’est entrepris pour la remettre en état.

Notre-Dame de Paris et Victor Hugo 

En 1831, on s’intéresse de nouveau à elle. Victor Hugo publie Notre-Dame de Paris, un roman de 700 pages qui redonne vie à la cathédrale à travers l’histoire du bossu Quasimodo et de la bohémienne Esméralda. Le livre est un immense succès. Il sensibilise les Parisiens au destin de ce joyaux de l’architecture française.
On prend conscience de la nécessité de le restaurer.
Car c’est à cette époque que naît la notion de « patrimoine ».
L’écrivain Prosper Mérimée, qui est alors Inspecteur général des Monuments historiques, s’inquiète de voir des édifices laissés à l’état de ruines. Il réclame leur protection au titre de monuments historiques.

Un grand concours d’architecture est organisé pour restaurer Notre-Dame de Paris. Le chantier de restauration est confié à deux architectes formés à l’art et l’histoire du Moyen-Âge. Jean-Baptiste Lassus et Eugène Viollet-le-Duc.

Sous leur supervision, Notre-Dame de Paris s’apprête enfin à renaître.

Réalisateur : Mathilde Hirsch

Producteur : Program33

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :