Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

La naissance de Notre-Dame de Paris (1163-1220)

Notre-Dame de Paris à travers les siècles
Publié le 16/12/19Modifié le 16/12/19
sso_title
sso_description

Quand Notre-Dame de Paris a été construite ?

L’histoire de Notre-Dame de Paris commence en 1163.
L’évêque de Paris, Maurice de Sully, lance alors un défi : faire construire le plus haut monument de Paris. Ce modeste fils de bucherons rêve de lumière.
En ce milieu du XIIe siècle, l’architecture romane domine, avec ses murs épais, ses fenêtres étroites, sa sobriété qui invite au recueillement.
Mais à cette époque, une innovation architecturale majeure voit le jour : les arcs en berceau sont remplacés par des arcs brisés tenus à leur croisement par une clé de voûte. Grâce à la croisée d’ogive, les voûtes ne reposent pas directement sur les murs et les poussées latérales sont absorbées par d’élégants arcs-boutants. On peut construire toujours plus haut avec des murs moins épais percés par de grandes verrières qui laissent passer la lumière.

C’est la naissance de « l’art gothique ». On parle alors d’ « art français ».

Le projet de cathédrale monumentale de l’évêque Maurice de Sully est d’autant plus urgent que Paris est en pleine expansion. Entre 1150 et 1300, la ville va passer de 50 000 à 200 000 habitants.  

Trouver le budget pour financer un tel chantier n’est pas une tâche aisée. Mais Maurice de Sully peut compter sur le soutien du roi, Louis VII.
Le 24 mars 1163, sur l’Ile de la Cité, la première pierre de Notre-Dame de Paris est bénie par le Pape Alexandre III.
Pour acheminer les matériaux de constructions, les bâtisseurs utilisent la Seine. Chaque jour, des bateaux accostent à l’est de l’Ile de la Cité, chargés des milliers de tonnes de pierres extraites dans les carrières autour de Paris et des tonnes de bois taillé dans les forêts de Fontainebleau et de Vincennes.
On commence par bâtir les fondations, en creusant à 9 mètres sous terre. Des tranchées remplies d’autant de pierres qu’il en faudra pour la cathédrale elle-même.  
Sur le chantier, il n’y a pas d’esclaves. On ne parle pas encore d’ouvriers mais d’oeuvriers. Les oeuvriers sont bien rémunérés, très qualifiés et peu nombreux.

Un maitre d’œuvre - l’équivalent de nos architectes d’aujourd’hui - veille à ce que les tailleurs, les sculpteurs, les maçons, les charpentiers… travaillent en harmonie. Chaque corps de métiers est organisé en corporation. A la tête de chacune, il y a le maître qui est aussi propriétaire des outils. Pour l’aider, il engage des « compagnons », des artisans confirmés, et s’entoure d’apprentis. Ils dorment ensemble dans des loges au pied du chantier.
Chaque pierre est taillée avec précision, elle doit être parfaitement d’équerre pour supporter le poids de la cathédrale.
Au terme de leurs années d’apprentissage, les tailleurs de pierre obtiennent l’autorisation de graver leur marque de « tâcheron » pour recevoir leur salaire.
Malgré́ les intempéries, malgré le manque d’argent, Notre-Dame s’élève peu à peu.
D’abord le chœur, le centre de la cathédrale, où se tient l’autel et se dérouleront les offices religieux. Puis, le transept et enfin, la nef : la partie qui s’étend du chœur jusqu’à l’entrée de la cathédrale et où se tiendront les fidèles.

La charpente est bientôt achevée : constituée de milliers de poutres taillées dans des chênes vieux parfois de plus de cent ans, on l’appelle « la forêt ».
Le toit est construit en plomb par les couvreurs les plus aguerris : ils se déplacent avec agilité à 45 mètres de hauteur, c’est pour cela qu’on les surnomme les « chats ».
Protégés de la pluie par le toit, les bâtisseurs peuvent s’attaquer à l’opération la plus délicate. La pose des voûtes. D’abord des cintres en bois. Puis, par-dessus, les pierres posées une par une, retenues à leur croisement par une clé de voûte. On retire les cintres et on prie pour que cela tienne.

On peut dès maintenant fermer le chœur par un mur provisoire. En 1182, pour la première fois, on célèbre les offices dans Notre-Dame.

Dans les années 1190, l’évêque de Sully rend l’âme bien avant de voir sa cathédrale achevée.
Le chantier a débuté depuis déjà 33 ans et durera 70 longues années.
Plusieurs générations de bâtisseurs s’apprêtent à reprendre la main sur le chantier. Dans ce Moyen-Âge de lumières et de couleurs, ils ont l’ambition de faire de Notre-Dame de Paris non seulement le plus beau monument de la ville mais surtout la cathédrale la plus flamboyante d’Occident.

Réalisateur : Mathilde Hirsch

Producteur : Program33

Année de copyright : 2019

Année de production : 2019

Voir plus

Retrouve ce contenu dans :