Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche
icone play

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Spécialités03:08

Faut-il supprimer le SMIC ?

Decod'éco

Tout travail mérite salaire ! Mais dans de nombreux pays, dont la France, la loi impose en plus, une rémunération minimale.

Qu'est ce que le SMIC ?

En France, le premier salaire minimum, le SMIG, est créé en 1950. Il est remplacé en 1970 par le SMIC. Celui-ci augmente selon l’inflation, et les décisions du gouvernement de lui donner le fameux « coup de pouce ». Le salaire minimum est destiné à limiter la pauvreté des travailleurs et à donner un étalon de la valeur du travail dans la société.

 

Pour ou contre le SMIC EN FRANCE  ?

Certains jugent qu’il est nuisible. Pourquoi ? Leur argumentation est simple : un salaire minimum nuit à l’emploi des travailleurs peu productifs. Les entreprises n’ont aucun intérêt à les embaucher car ils coûtent plus cher que ce qu’ils rapportent. La loi contraindrait donc au chômage et à la pauvreté les moins qualifiés !

Mais d’autres, au contraire, considèrent que le salaire minimum ne nuit pas forcément à l’emploi. Tout d’abord, si les entreprises font de confortables profits, elles ne réduisent pas l’emploi : elles acceptent que les profits baissent. Elles ont même parfois intérêt à accroître la production pour compenser  la hausse des coûts induite par la hausse du salaire minimum. Elles créent donc  des emplois ! Ensuite, quand la conjoncture est mauvaise, le salaire minimum soutient la consommation, ce qui contribue à contenir le chômage. D’autre part, les employeurs peuvent aussi choisir de former leurs salariés pour élever leur productivité, et rendre supportable une hausse du salaire minimum.

Dans les faits, il est difficile de trancher. En fait, ce qui compte, c’est le niveau du salaire minimum, plus que son existence. S’il n’est pas trop élevé, il ne nuit pas à l’emploi. En France, les différentes études nous disent qu’aujourd’hui, une hausse du SMIC hors inflation de 1%, détruit entre 2000 et 25000 emplois. Dit autrement, de presque rien, à beaucoup. En Allemagne, la création d’un salaire minimum en 2015 n’a pas créé de chômage. Sa hausse dans certains États américains depuis 2014, n’a pas non plus détruit d’emplois.

 

LA PRIME D'ACTIVITE

Mais il est difficile de savoir à quel moment le salaire minimum devient trop élevé. Mieux que ça, ceux qui le critiquent, pointent que la hausse du SMIC n’a pas réduit la pauvreté et les inégalités depuis 15 ans, et a exclu durablement de l’emploi les travailleurs les moins qualifiés. De ce point de vue, un salaire minimum plus faible qu’actuellement, couplé à des mesures qui  complètent les revenus des travailleurs les moins rémunérés, paraitrait plus adapté. C’est par exemple ce que fait déjà la prime d’activité. Cela dit, encore faut-il que les finances publiques le permettent !

En définitive, les discussions sur le salaire minimum nous rappellent que le travail n’est pas un bien comme un autre. Sa valeur est un enjeu à la fois économique, sociologique et philosophique. Autant dire, que le débat n’est pas clos...

Pour aller plus loin :

Qu'est ce que le revenu universel ?

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : francetv éducation

Année de copyright : 2017

Année de production : 2017

Année de diffusion : 2017

Publié le 06/07/17

Modifié le 12/11/19

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par