Vidéo : L'histoire de l'avortement

icu.next-video

Contenu proposé par

France Télévisions
Actualité03:49Publié le 22/09/2022

L'histoire de l'avortement

Décod'actu

Longtemps interdit, l’avortement est devenu un droit au fil du XXe siècle. Mais l’accès à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) reste inégal dans le monde.

L’avortement, une pratique ancienne

Les recherches historiques montrent qu'il s'agit d'une pratique ancienne. Dans l'Egypte antique déjà, des traités médicaux contenaient des prescriptions pour avorter. D’autres textes, comme le code assyrien en Mésopotamie antique, révèlent que cet acte a aussi été interdit très tôt.

  • Au Moyen Âge, en Europe, alors que le christianisme monte en puissance, il continue d’être réprouvé.
  • Au XIXe siècle, même si l’avortement est considéré comme un crime par le code pénal, les femmes y ont de plus en plus recours. A l’époque, le désir d’avoir moins d’enfants monte dans la société, mais la contraception n’existe pas.

Depuis quand l’avortement est-il légal ?

Il faut attendre le XXe siècle pour que des Etats légalisent l'avortement et permettent une vraie prise en charge médicale des femmes.

Le premier à le faire est la République socialiste fédérative soviétique de Russie en 1920. Quelques pays européens suivent dans les années 1930, mais dans l’ensemble, l’avortement reste interdit. Les femmes y recourent dans la clandestinité en risquant leur santé et leur vie.

Dans les années 1970, les mouvements féministes améliorent les techniques d’IVG et militent pour le droit des femmes à disposer de leur corps. Sur le continent européen, des lois sont alors votées pour l’autoriser ou supprimer les sanctions. C’est le cas en France, aux Pays-Bas ou en Grande-Bretagne.

Depuis la fin des années 1990, ce droit a continué de progresser. Une cinquantaine de pays ont élargi l’accès à l’IVG.

Où en est-on aujourd’hui ?

En 2022, l’avortement est légal dans 75 pays, sur simple demande de la femme. Seul le nombre maximal de semaines de grossesse varie.

Une centaine d’Etats l’autorisent sous conditions : par exemple, si la femme a été victime d’inceste ou de viol, ou pour des raisons de santé.

Enfin, une vingtaine de pays l’interdisent. Au Salvador ou à Malte, les femmes risquent même la prison.

La décision, en 2022, de la Cour suprême des Etats-Unis de supprimer ce droit de la Constitution montre cependant que rien n’est acquis.

Les opposants à l’avortement

  • Les institutions religieuses se positionnent encore contre cet acte, ce qui justifie la position de certains pays.
  • Des groupes de pression militent aussi activement contre ce droit, notamment aux Etats-Unis.
  • Les médecins peuvent faire valoir leur objection de conscience et refuser de pratiquer l’IVG, même s’il est légal. C’est le cas en France, mais aussi en Italie où 70 % des gynécologues sont contre.
  • Enfin, s’ajoute parfois le manque de moyens. En France, des centres IVG ont fermé ces dernières décennies.

Pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) des progrès restent donc à accomplir. 39 000 femmes meurent encore chaque année dans le monde à la suite d’un avortement non sécurisé.

Réalisateur : Maxime Chappet

Nom de l'auteur : Delphine Tayac

Producteur : France Télévisions, Corner Prod

Année de copyright : 2022

Année de production : 2022

Publié le 22/09/22

Modifié le 28/09/22

Ce contenu est proposé par

Tu aimeras aussi...

sérieSerie : Decod actu pour la matiere Actualite - Seconde

Décod'actu

dossierDossier : Journee internationale des droits des femmes pour la matiere EMC - Troisieme

Journée internationale des droits des femmes

sérieSerie : Sexe sans consentement pour la matiere EMC - Premiere

Sexe sans consentement

dossierDossier : L education un enjeu de developpement humain pour la matiere EMC - Seconde

L'éducation, un enjeu de développement humain