Logo Lumni

Oups, veuillez renseigner une adresse email valide

France Télévisions et l’INA traitent votre adresse e-mail afin de vous adresser respectivement les newsletters Lumni et Lumni Médiateurs FTV, la newsletter Lumni Enseignants INA. Pour exercer vos droits sur vos données personnelles, cliquez sur le lien de désabonnement intégré dans les newsletters ou contactez FTV ou l’INA. Pour en savoir plus, voir les politiques de confidentialité de FTV et de l’INA.

bouton de recherche
icone play

Contenu proposé par

France Télévisions
sso_title
sso_description
Histoire29:14

La IIIe République (2 juin)

La Maison Lumni, les cours - Collège

Comment, malgré les contestations, la IIIe République s’impose-t-elle en France après 1870 ? Réponse avec Pierre, prof d'histoire-géographie.

Accédez au diaporama du cours en PDF.

Le plan du cours

I. Les débuts difficiles de la Troisième République (1870-1879)

A. La proclamation de la République : une conséquence de la défaite militaire

  • 4 septembre 1870 : le contexte (défaite de Sedan, invasion des Prussiens), le début d’une nouvelle république et le gouvernement de défense nationale (Gambetta).
  • La France est en partie occupée par les Prussiens et Paris est assiégée. Départ de Gambetta pour Tours sur l’Armant-Barbès.
  • L’armistice (28 janvier 1871) et le traité de paix (10 mai 1871) avec l’empire allemand. La France perd l’Alsace-Moselle. Adolphe Thiers, premier président de la IIIe République.

B. La Commune de Paris (mars-mai 1871) : une guerre civile sous les yeux des Allemands

  • Un mouvement révolutionnaire, dissident, violent (massacre d’otages) en réaction à la défaite de 1870 et à l’abandon de Paris.
  • Louise Michel, une des figures emblématiques de la Commune.
  • Le gouvernement provisoire de la France, installé à Versailles, reprend Paris, réprime les communards (« semaine sanglante » et déportations) et restaure la légalité républicaine.

C. L’adhésion des Français à la République

  • L’organisation d’un nouveau régime : Les lois constitutionnelles de 1875 instaurent un régime parlementaire.
  • La carte électorale de 1871 : les royalistes sont majoritaires.
  • La carte électorale de 1876 : les républicains dominent

II. L’enracinement progressif de la République (1879-1914)

A. Les grandes lois républicaines : les lois fondamentales

  • Liberté de réunion, liberté d’expression, liberté de la presse (1881), liberté d’association (1901), libertés syndicales (1884) : droit de grève, droit d’appartenir à un syndicat.
  • Lois scolaires (1881-1882) : école gratuite, laïque, obligatoire de 6 à 13 ans pour les filles et les garçons.
  • Loi de séparation des Églises et de l’État (1905) : la république devient laïque.

B. L’École et l’Armée : les piliers de la République

  • L’École est au service de la République avec l’instruction morale et civique (La République crée l’École, l’École fait les républicains) qui enseigne les valeurs républicaines.
  • L’histoire et la géographie au service de la République : Manuel d’histoire de France de Lavisse (glorification des héros nationaux, le patriotisme s’appuie sur le thème de la revanche sur l’Allemagne) et Tour de la France par deux enfants : devoir et patrie.
  • La service militaire obligatoire de 3 ans (lois de 1889) et universel de deux ans (loi de 1905).

C. Le « paysage de la République » : symboles, lieux, monuments

  • Les symboles républicains (La Marseillaise, le 14 juillet) adoptés en 1879 et 1880. 
  • Les lieux (mairies, écoles…) et les monuments républicains (statues).
  • Le triomphe de la République (estampe), inauguration de la statue de la République (14 juillet 1883).

III. La République surmonte les crises

A. Les crises politiques : Boulangisme, attentats anarchistes, scandales

  • Le Boulangisme : le général Boulanger manque de peu de renverser la République.
  • Des scandales : l’affaire des décorations (1887) et l’affaire de Panama (1892).
  • L’assassinat du président Sadi Carnot (1894) par un anarchiste. Aves les « lois scélérates », la République se protège contre les anarchistes.

B. La crise liée à la loi de séparation des Églises et de l’État

  • Arrivée au pouvoir d’Émile Combes, radical, anticlérical, partisan d’une laïcisation de l’État.
  • La loi de 1905 prévoit que tous les biens des Églises soient recensés.
  • La querelle des inventaires : nombreuses protestations des catholiques qui y voient une provocation.

C. L’affaire Dreyfus

  • Une affaire d’espionnage sous fond d’antisémitisme.
  • Dreyfusards (Clemenceau, Zola et son « J’accuse ») et antidreyfusards (Maurras, Caran d’Ache), la presse et l’opinion divisées : dessin de Caran d’Ache Ils en ont parlé.
  • La dénouement de douze ans d’injustice : la réhabilitation de Dreyfus (1906).

Conclusion

Malgré les contestations, la République s’enracine en France. Elle surmonte l’épreuve de la Grande guerre et prend fin le 10 juillet 1940 quand l’Assemblée vote les pleins pouvoirs à Pétain.

Réalisateur : Didier Fraisse

Producteur : France tv studio

Année de copyright : 2020

Publié le 02/06/20

Modifié le 05/06/20

arrow
voir plus

Ce contenu est proposé par